Découvrez les modifications physiques les plus observées chez la femme enceinte !

Découvrez les modifications physiques les plus observées chez la femme enceinte !

Découvrez les modifications physiques les plus observées chez la femme enceinte

Modifications des phanères :

  1. Les ongles: se modifient rapidement et leur pousse est accélérée. Ils sont plus brillants et plus cassants. Des sillons transversaux, une onycholyse distale, une hyperkératose sous-unguéale peuvent apparaître.
  2. Les poils et les cheveux: subissent l’action hormonale. Le cycle pilaire se modifie : les poils anagènes augmentent et l’évolution en phase télogène diminue. Les cheveux sont plus brillants et plus souples. Une hypertrichose discrète régressive dans le post-partum est possible. L’apparition d’un hirsutisme doit faire rechercher une origine tumorale ovarienne ou surrénalienne. Après l’accouchement, une chute physiologique des cheveux survient : c’est l’effluvium télogène. Il apparaît 4 à 12 semaines après la fin de la grossesse et dure 3 à 4 mois. La repousse spontanée est totale en 6 à 15 mois. La recherche d’une carence martiale doit être systématique.

Modifications gingivales :

Elles sont fréquentes et aggravées par une mauvaise hygiène buccodentaire. L’épulis, la gingivite hyperplasique et les hémorragies gingivales sont banales.

Modifications des organes génitaux et des seins :

  1. La vulve : est hyperpigmentée et peut être le siège de varices. Le signe de Jacquemier-Chadwick correspondant en une congestion veineuse vulvovaginale est un signe précoce et constant de grossesse.
  2. Les seins : sont tendus. L’aréole est pigmentée et bombée. La pigmentation prédomine souvent sur le pourtour aréolaire, réalisant un « second mamelon ». Elle peut déborder sur la peau voisine en prenant un aspect réticulé. Les vergetures sont fréquentes chez les primipares (pour plus de détails : voir la fin de l’article). Le réseau veineux sous-cutané est visible. L’hypertrophie des tubercules de Montgomery est un signe de grossesse, présent dès la sixième semaine de gestation. Une hyperkératose aréolaire, récidivant lors des grossesses ultérieures, a été décrite.

Molluscum fibrosum gravidarum :

Ce sont de petites lésions pédiculées de quelques millimètres de diamètre, rosées ou discrètement pigmentées. Elles siègent sur le thorax, les aisselles, le cou, les plis sous-mammaires. Elles régressent le plus souvent spontanément dans le post-partum. Leur électrocoagulation peut être proposée en cas de persistance.

Les vergetures :

  • Elles atteignent 90 % des femmes enceintes.
  • Les vergetures correspondent à des zones d’atrophie cutanée fusiformes, linéaires, souples et glabres.
  • Leur couleur varie selon le stade évolutif : d’abord violacées, elles deviennent blanc nacré.
  • Apparaissant surtout entre le sixième et le neuvième mois, elles atteignent avec prédilection les seins, les cuisses et l’abdomen.
  • Elles sont définitives.
  • Leur origine est multifactorielle : hérédité, rapidité et importance de la prise pondérale, hypercorticisme.
  • Les études histochimiques permettent de distinguer trois stades évolutifs : un stade initial lytique infra clinique, un stade de régénération correspondant à la vergeture rouge, un stade cicatriciel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer