12 réflexes à adopter pour un moral au beau fixe

Après la période que nous venons de traverser, il est plus que jamais nécessaire de réapprivoiser son mental pour profiter de la vie à 100 %. Pas besoin de gros moyens ou de pilule miracle, les clés sont en nous !

Je redresse ma confiance

Tentez l’expérience : que vous soyez assise ou debout, fermez les yeux et relevez un peu plus votre dos, grandissez-vous avec l’idée de pousser le sommet de la tête vers le ciel. Le simple fait de se tenir ainsi renforce la confiance en soi. Notre posture conditionne la façon dont on se perçoit, mais aussi celle avec laquelle les autres nous voient.

Je remercie mon corps

Il nous a portée jusqu’ici, dans les bons comme les mauvais moments, il est donc juste de le remercier haut et fort. Et ce, malgré ses faiblesses et éventuels défauts, pour encourager ses forces. Les travaux de Kristin Neff, chercheuse en psychologie, ont en effet montré que les personnes compatissantes envers elles-mêmes sont moins déstabilisées dans les moments difficiles et résistent mieux à l’angoisse. Au contraire, l’autocritique joue un rôle important dans l’apparition de la dépression.

Je me berce de compliments

Parfois, avouons-le, on en a besoin. Alors pourquoi se contenter de les espérer ? Demandez à une amie ce qu’elle préfère chez vous. Vous verrez, ça vous fera sans doute du bien de l’entendre et elle aura aussi du plaisir à vous redonner le sourire.

Je cultive mon optimisme

Chasser les idées noires, se concentrer sur tout ce qui va bien dans sa vie, ses points forts, ne pas considérer ses faiblesses comme des obstacles incontournables sont autant de clés pour adopter une attitude constructive. Cela n’efface aucun des problèmes mais cela permet de les relativiser. Et donne l’énergie de les affronter positivement.

Je ne rajoute pas de la peine à la peine

« Chaque fois que vous ressentez envers vous-même une agitation, une colère, une peur ou une angoisse qui monte, il est inutile d’en rajouter en culpabilisant, explique le coach Nicolas Rouig. Comprenez que la négativité que vous éprouvez est aussi une chance de devenir conscient de ce qui ne va pas. » On peut ainsi commencer à réagir pour changer les choses. Et se sentir un peu plus en paix.

Je dis adieu aux souffrances

Trop souvent, on s’identifie à ce qui nous fait mal. En en cherchant la cause, en voulant comprendre, on lui donne encore plus de chair, au risque de s’y noyer. Psychiatre et spécialiste de la méditation de pleine conscience, Edel Maex, propose de « créer de l’espace » avec toutes les pensées liées à l’émotion.  Il y a un monde de différence entre le fait de penser « Il m’a abandonné » et d’observer « Voici la pensée “Il m’a abandonné” », écrit-il*. L’émotion peut alors devenir l’objet de la méditation et son impact négatif va diminuer.

Je pratique le “Et alors ?”

Parfois, on se met tellement de pression qu’on a la sensation que le monde va s’écrouler si on ne parvient pas à son but. Posez-vous honnêtement la question : « Si vraiment je n’y arrive pas ou si je ne fais pas ça, que va-t-il se passer ? » Une fois la réponse exprimée, demandez-vous : « Et alors ? Est-ce si grave que ça ? » Il y a fort à parier que votre deuxième réponse vous aidera à relativiser le problème.

Je cultive ma bonne humeur

Dans la vie, il y a toujours quelque chose qui cloche : la pluie qui tombe, les petits-enfants trop agités… On peut voir le verre à moitié vide ou se focaliser sur le plein. Avec un peu d’entraînement, l’humeur change et le quotidien se teinte en rose. Inutile d’arroser les plantes, la pluie s’en charge. Les petits enfants font les fous mais ils remplissent la maison de vie…

Je me laisse mourir… de rire

Ça fait tellement de bien qu’il existe désormais des cours de « yoga du rire » durant lesquels le professeur entraîne ses élèves dans un fou rire libérateur. En prime, on travaille les abdominaux avec plaisir !

Je me relaxe à hautes doses

Les études ont montré que la relaxation aide le corps à consommer le moins d’énergie possible. Se relaxer, c’est réguler sa respiration, diminuer les tensions musculaires, augmenter ses perceptions sensorielles et ralentir le rythme de ses pensées. Chaque cours de yoga s’achève par une relaxation. On trouve aussi des pratiques guidées en ligne.

Je me chouchoute

C’est un peu le b.a.-ba, mais on l’oublie souvent. Pour se sentir bien dans son corps, il faut aussi en prendre soin ! S’offrir une fois par semaine un soin du visage (masque ou gommage) ou des pieds, une manucure ou même un simple après-midi chez le coiffeur, ce n’est pas une futilité mais bien une étape nécessaire. Comme un service rendu à soi-même.

Je goûte à la magie de l’instant

C’est inné chez les enfants. Exerçons-nous à redécouvrir le spectacle d’un lever de soleil, à être touchée par la beauté de gouttes de rosée sur une feuille ou le chant d’un oiseau. Autant de moments de grâce qui nous réconcilient avec le monde.

* Dans Apprivoiser le stress par la pleine conscience, éd. De Boeck.

A lire aussi :

Les superstitions, c’est bon pour le moral !

Livres, films… Pourquoi s’enflamme-t-on pour les histoires d’amour ?

10 réflexes à adopter pour une rentrée en pleine forme

Source: Femmeactuelle.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus