Alain Maron (Ecolo) propose de cultiver des céréales en pleine ville et se prend une volée de bois vert

La Région bruxelloise offre un soutien méthodologique et financier à la réalisation d’actions concrètes de lutte contre le dérèglement climatique en phase avec les politiques régionales. L’Avenue du Roi, par exemple, verra son allée centrale se transformer en champ de céréales, qui serviront à faire du pain qui pourra être cuit dans le four communautaire qui y sera installé.

Mettre de la campagne dans la ville ? C’est le projet d’Alain Maron (Ecolo), ministre de la transition climatique et de l’Environnement en Région de Bruxelles-Capitale. La proposition aurait plu à Alphonse Allais qui suggérait, lui, de “construire les villes à la campagne, l’air y est plus sain“. En tout cas, l’idée d’Alain Maron a attiré de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux ces dernières 24 heures.

Tout le monde ne vit pas dans un quartier vert, chic et peu dense

Il y a les ironiques. “On appellera cette zone ‘Le hameau de la Reine’. Nous y mettrons quelques moutons, quelques poules et quelques jeunes paysans afin de nous rappeler cette vie rustique qui nous manque tant. Le pain au diesel ou à la poussière de ville sera offert au peuple. Point de brioche“, lance un internaute sur Twitter en référence à Marie-Antoinette et à Versailles.

Réponse d’Alain Maron : “Tout le monde ne vit pas dans un vert, chic et peu dense quartier. L’idée ici est un projet qui mêle participation, cohésion, éducation environnementale et biodiversité, par les acteurs locaux. Dans un quartier ultra-dense. Et sinon… Testez un jour le positif, ça fait du bien.

Les pragmatiques qui voient mal comment nourrir la population avec ce projet : “J’espère que vous ne comptez pas là-dessus pour manger, amis bruxellois” ; “le choix de cet emplacement c’est vraiment n’importe quoi. Vous avez vu le nombre d’arbres et l’ombre projetée ? Le froment déteste cela. Il ne mûrit pas bien, les grains ne sont pas homogènes.

“Un projet de cohésion sociale”

Le but de ce projet, porté par les acteurs locaux, n’est évidemment pas de nourrir le quartier. C’est un projet de cohésion sociale, d’éducation à l’environnement et en faveur de la biodiversité […] Ce n’est pas moi qui ‘mène’ cette initiative, évidemment. La Région soutient des projets des autorités locales et de collectifs de citoyens. Ceci n’est qu’un petit exemple“, réagit le ministre de l’Environnement.

Sans oublier les désespérés. “Tout bien pesé, il ne faut peut-être pas écarter trop vite l’idée qu’une partie de ces gens soient effectivement en train de devenir complètement dingues.

Mais Alain Maron voit avant tout dans cette idée “un projet d’éducation à l’environnement, de participation et de cohésion, d’amélioration du cadre de vie dans un quartier très dense de la ville. […] Il n’y a pas d’objectif quantitatif dans un projet comme celui-ci, évidemment.

Source: rtbf.be

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus