Angiocholite : quels sont les symptômes de cette infection des voies biliaires ?

L’angiocholite est une urgence médicale qui correspond à une infection du canal biliaire principal. Le point avec un gastro-entérologue.

Angiocholite : de quoi s’agit-il exactement ?

Petite leçon de médecine express. La bile est un liquide digestif produit par le foie. Après sa sécrétion par les cellules hépatiques, la bile s’écoule dans les canaux biliaires (et, en particulier, dans le canal cholédoque) avant d’être déversée dans l’intestin pour participer au processus de digestion. Sur le trajet, la bile peut être stockée dans la vésicule biliaire, un organe en forme de ” sac “.

En France, 10 % à 15 % des adultes (et 30 % des adultes âgés de 60 ans et plus) présentent une lithiase biliaire, c’est-à-dire des calculs dans les voies ou la vésicule biliaire*. Ces ” petits cailloux ” (principalement composés de sels de cholestérol insolubles) sont responsables de complications dans 20 % des cas environ : les plus fréquentes sont la cholécystite aiguë et l’angiocholite.

Angiocholite : définition. On parle d’angiocholite (ou d’ ” angiocholite aiguë “) lorsqu’un calcul biliaire bloque le canal cholédoque et qu’une infection bactérienne se déclenche juste au-dessus de l’obstacle.

” Il est à noter que l’obstacle à l’origine de l’infection du canal biliaire peut aussi être d’origine tumoral (tumeur du pancréas ou de la vésicule biliaire), mais c’est plus rare ” souligne le Pr. Frank Zerbib, gastro-entérologue et hépatologue. En outre, de façon exceptionnelle, l’angiocholite peut être provoquée par des parasites, comme l’ascaris (en Asie du Sud-Est) ou la douve.

Angiocholite : quels sont les symptômes qui doivent alerter ?

À savoir. Les facteurs de risque de l’angiocholite sont ceux de la lithiase biliaire : cette complication survient plus fréquemment chez les femmes âgées de 40 ans et plus, souffrant de surpoids et/ou d’hypertriglycéridémie (excès de triglycérides dans le sang).

L’angiocholite, qui se définit donc comme une infection bactérienne des voies biliaires, se caractérise par 3 symptômes qui apparaissent habituellement en l’espace de 48 heures :

  • Une douleur intense du côté droit de l’abdomen, sous les côtes,
  • Une fièvre supérieure à 38°C qui peut monter jusqu’à 39°- 40°C avec des frissons et de la sueur,
  • Un ictère, c’est-à-dire une coloration jaunâtre de la peau et/ou du blanc de l’œil.

Et aussi… Peuvent s’y associer des urines foncées et/ou des selles décolorées et/ou un prurit (comprendre : des démangeaisons).

Diagnostic et traitement : quelle prise en charge pour l’angiocholite ?

Attention ! L’angiocholite est une urgence médicale. ” Le risque principal, c’est celui du choc septique : cette infection généralisée du sang peut être s’avérer mortelle ” précise le Pr. Frank Zerbib. L’angiocholite peut également évoluer en ” angiocholite ictéro-urémigène “, c’est-à-dire s’associer à une insuffisance rénale parfois gravissime.

Comment diagnostique-t-on l’angiocholite aiguë ? L’examen de référence est l’échographie abdominale : celle-ci permet de mettre en évidence la présence d’un calcul ” bloquant ” le canal cholédoque et/ou une dilatation anormale de ce canal biliaire. Plus précise et plus fiable, l’écho-endoscopie consiste à introduire une sonde d’échographie (par la bouche) pour observer les canaux biliaires et confirmer le diagnostic d’angiocholite aiguë.

En parallèle, une prise de sang pourra mettre en évidence une hyperbilirubinémie (c’est-à-dire : un taux de bilirubine dans le sang anormalement élevé), des anomalies au niveau des transaminases, mais aussi une élévation du taux sanguin de protéine C-réactive (ou CRP, un marqueur de l’infection) et une hyperleucocytose (une augmentation du taux de globules blancs dans le sang).

Traitements : comment soigne-t-on l’angiocholite ? Le traitement de l’angiocholite aiguë est principalement chirurgical : il est nécessaire de restaurer la circulation dans le canal cholédoque en retirant le calcul responsable de son obstruction. Une ablation de la vésicule biliaire (cholécystectomie) est également réalisée.

” Cette intervention peut aussi se déroule par voie endoscopique, c’est-à-dire par les voies naturelles : il est question d’élargir l’ampoule de Vater [l’endroit où se ” bloquent ” les calculs dans le canal cholédoque] pour permettre l’évacuation naturelle du calcul ” ajoute le Pr. Frank Zerbib. On parle alors de sphinctérotomie endoscopique biliaire. Selon l’état du malade, une hospitalisation en soins intensifs ou en soins continus peut être indiquée.

Merci au Pr. Frank Zerbib, gastro-entérologue et hépatologue, membre de la Société Nationale Française de Gastro-entérologie (SNFGE).

*Source :Société Nationale Française de Gastro-entérologie (SNFGE)

À lire aussi :

Lithiases urinaires : quels sont les symptômes des calculs rénaux ?

5 vérités sur les calculs de la vésicule

J’ai des calculs, quelles solutions ?

Source: Femmeactuelle.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus