Antalgiques : la liste des médicaments antidouleur et quand les utiliser

Pour soulager les douleurs, il est possible d’avoir recours au antalgiques. Il en existe plusieurs types, qui peuvent être prescrit en fonction de l’intensité de la douleur. Quels sont-ils et dans quels cas les utiliser ? On fait le point.

Paracétamol, codéine, anti-inflammatoires… Ces médicaments ont un point commun : ils font partie de la famille des antalgiques. Egalement appelés analgésiques, ils ont pour objectif de réduire la douleur. Il en existe plusieurs types, que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) classe en fonction de l’intensité de la douleur. Il existe ainsi les antalgiques de “palier 1” ou de “niveau 1”, ceux de “palier 2” ou de “niveau 2” et ceux de “palier 3” ou de “niveau 3”.

Les antalgiques de niveau 1, pour les douleurs faibles à modérées

Les antalgiques de niveau 1 sont utilisés pour traiter les douleurs dites “banales”, autrement dit celles jugées “faibles” à “modérées”. Ils regroupent le paracétamol et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS). Certains d’entre eux sont donc disponibles sans ordonnance, ce qui ne signifie pas pour autant qu’ils sont sans risque.

Les risques liés à une surdose de paracétamol, par exemple, sont bien connus : pris en trop grande quantité, il peut provoquer de graves lésions hépatiques. Il convient donc de connaître le bon dosage : 3 grammes par jour, éventuellement 4 grammes, grand maximum, en 4 ou 6 prises, avec un écart de 6 h entre les prises pour un adulte de plus de 50 kilos, et 60 mg/kg/jour, en 4 à 6 prises avec un écart de 6 h entre les prises pour un enfant.

Les antalgiques de niveau 1 ne doivent pas être pris de façon prolongée sans en avoir discuté au préalable avec son médecin traitement, d’autant que comme tout médicament, ils ont des effets secondaires associés : certains d’entre eux peuvent ainsi provoquer des saignements digestifs. Parmi les antalgiques de niveau 1, on retrouve notamment les médicaments suivants :

  • Algodol
  • Claradol
  • Dafalgan
  • Doliprane
  • Dolko
  • Efferalgan
  • Géluprane
  • Paralyoc
  • Ponstyl
  • Nifluril
  • Acide Tiaprofénique
  • Surgam
  • Enantyum
  • Nalgésic
  • Ibuprofène
  • Advil
  • Advilcaps
  • Advilmed
  • Antarène
  • Brufen
  • Hémagène Tailleur
  • Ibupradoll
  • Intralgis
  • Nureflex
  • Nurofen
  • Spedifen
  • Spifen
  • Upfen
  • Kétoprofène
  • Profénid
  • Toprec
  • Alevetabs
  • Antalnox
  • Apranax
  • Naproxène
  • Aspirine
  • Alka-Seltzer
  • Aspégic
  • Aspro

Les antalgiques de niveau 2, pour les douleurs modérées à fortes

Les antalgiques de niveau 2 sont utilisés pour traiter les douleurs jugées “modérées” à “fortes” non soulagées par les antalgiques de niveau 1. Ils comprennent la codéine, la dihydrocodéine, le tramadol et sont souvent associés aux antalgiques de palier 1.

Disponibles uniquement sur prescription médicale, ces médicaments font partie de la famille des opioïdes et ne sont donc pas sans risques. Les principaux effets secondaires associés à ces médicaments ? Une constipation, des nausées, une somnolence, des vomissements ou encore des vertiges. Parmi les antalgiques de niveau 2, on retrouve notamment les médicaments suivants :

  • Novacétol
  • Antarène Codéine
  • Algisedal
  • Claradol Codéine
  • Codoliprane
  • Dafalgan Codéine
  • Klipal Codéine
  • Lindilane
  • Paracétamol Codéine
  • Prontalgine
  • Dicodin
  • Izalgi
  • Lamaline
  • Biodalgic
  • Contramal
  • Monoalgic
  • Monocrixo
  • Orozamudol
  • Takadol
  • Topalgic
  • Tramadol
  • Zamudol
  • Ixprim
  • Zaldiar

Les antalgiques de niveau 3, pour les douleurs intenses

Les antalgiques de niveau 3 sont utilisés pour soulager les douleurs intenses. Disponibles uniquement sur ordonnance, ils regroupent la morphine et les substances apparentées comme l’oxycodone, le fentanyl ou l’hydromorphone.

Il s’agit d’opiacés forts, pouvant avoir de graves conséquences sur la santé lorsqu’ils sont pris en trop grande quantité ou que leur usage est détourné. Et pour cause : ils ont des effets secondaires associés (somnolence, constipation, prurit, nausées…) et peuvent également être à l’origine d’une dépendance psychique et physique. Depuis 30 ans, les overdoses aux opiacés ont ainsi fait 400.000 morts aux Etats-Unis, selon les Centres de contrôle des maladies (CDC). Parmi les antalgiques de niveau 3, on retrouve notamment les médicaments suivants :

  • Actiskenan
  • Oramorph
  • Sevredol
  • Moscontin
  • Skenan
  • Morphine
  • Temgesic
  • Abstral
  • Actiq
  • Breakyl
  • Durogesic
  • Effentora
  • Fentanyl
  • Instanyl
  • Matrifen
  • Pecfent
  • Recivit
  • Sophidone
  • Nalbuphine Serb
  • Oxycodone

Si certains de ces médicaments, notamment les antalgiques de niveau 1, sont disponibles sans ordonnance, il convient de demander conseil à son médecin traitant au préalable.

Sources : le site Eureka Santé Vidal et le Campus Numérique de l’Université numérique francophone des sciences de la santé et du sport.

A lire aussi :

Médicament : pour limiter les risques d’addiction, les autorités limitent l’accès à l’antalgique le plus prescrit

L’addiction aux opiacés, première cause de mort par overdose en France : de quels médicaments faut-il se méfier ?

Anti-inflammatoires et coronavirus : quels sont les médicaments à éviter ?

Source: Femmeactuelle.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus