Après un attentat, que dire à nos enfants ?

Autres articles
1 De 45 046

Après un attentat, que dire à nos enfants ?

Quels traitements pour guérir un aphte ? Réponse en vidéo

Simulateur prime d’activité : à quel montant avez-vous droit ?

Après les événements tragiques survenus vendredi soir à Paris, une minute de silence a été suivie dans les écoles.

A partir de quel âge un enfant a-t-il conscience de ce qu’est un attentat ?

Dr Nathalie Soussan : A partir de 10 ans, on peut parler à un enfant comme à un adulte. C’est un citoyen à venir, il reçoit des cours d’éducation civique à l’école, et il est capable de comprendre ce qu’est la liberté.

Pour les enfants plus petits, il faut leur dire quelques mots aussi. Car les parents doivent bien avoir conscience que leurs enfants sont au courant, même en maternelle. Ils entendent les adultes et en parlent entre eux dans la cour de l’école.

Comment le dire à un enfant de maternelle ?

Dr Nathalie Soussan : Un enfant, à 4 ou 5 ans, se pose des questions sur la mort. Face à ces questions, il faut répondre pour qu’il puisse comprendre, mais tout en prenant du recul. Par exemple, s’il perd un grand parent, on peut lui expliquer que le grand parent est mort car il était âgé et malade, tout en lui précisant bien que – si lui, l’enfant, est très malade à cause d’une grippe – il ne va pas mourir pour autant. Ainsi, il comprend sans pour autant s’identifier.

Dans le cas de ces graves événements, mieux vaut utiliser un langage très simple, sans être trop précis. Expliquer qu’il y a des personnes qui n’avaient rien fait de mal, et qui ont été tuées par d’autres personne, et que c’est très grave et très mal. Rappeler aussi aux enfants que dans notre pays, on a le droit de faire ce que l’on veut, et que c’est cela la liberté, mais également que ceux qui ont enfreint la loi seront punis.

Et si l’enfant a désormais peur de sortir et d’aller à l’école ?

Dr Nathalie Soussan : Pour le coup il faut le rassurer, et dire la vérité ne signifie pas dire toute la vérité. On peut lui dire que les policiers sont là pour nous protéger et qu’ils vont attraper ceux qui ont fait ça. Et que les enfants ne risquent rien sur le chemin de l’école.

Source: SanteMagazine.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus