Bagdad toujours sans nouvelles du roi des nuits irakiennes

Autres articles
1 De 24

C’était en août 2019. Des riffs d’électro-rap s’élevaient d’un stade au cœur de Bagdad. Dans la foule survoltée, des centaines de jeunes femmes et hommes en jeans et baskets, mais aussi les bikeurs des clubs rivaux de la capitale irakienne, en cuir noir et gros bras tatoués, dansaient dans la chaleur moite de l’été sur un set du collectif de hip-hop local, Tribe of Monsters. Les fans de tuning s’extasiaient devant les bolides exposés sur la pelouse, à l’entrée. « On a organisé cette soirée pour que les gens sachent qu’il y a, en Irak, ce type de culture et des personnes qui aiment la vie et la musique », commentait, ravi, Arshad Haybat Al-Fakhry, l’organisateur du Riot Gear Summer Rush.

Avec cet événement, le premier du genre en Irak, le jeune homme de 31 ans, qui avait roulé sa bosse sur les lignes de front pendant la guerre contre l’organisation Etat islamique (EI) comme fixeur et traducteur pour les journalistes étrangers, s’imposait comme le roi des soirées de Bagdad pour une nouvelle génération désireuse de s’émanciper de l’atmosphère religieuse et conservatrice du pays. Il a été kidnappé le 20 novembre 2020, et, en ce début d’année 2021, ses proches sont toujours sans nouvelles.

Tout s’est joué lors d’une Ladies’night – sans alcool – qu’il organisait au bord de la piscine de l’hôtel Ishtar, au centre de Bagdad. « Des hommes avec des uniformes des forces de sécurité, on ne sait pas lesquelles, sont arrivés avec une vingtaine de voitures et ont kidnappé treize personnes, dont Arshad et le neveu d’un ministre », raconte son frère Amjad. Onze des fêtards ont été relâchés devant l’hôtel. Arshad et le neveu du ministre ont été embarqués par les hommes armés. Le second « a été libéré au bout de deux jours, les yeux bandés, devant le ministère. Il dit ne rien savoir de ceux qui les ont kidnappés et du lieu où il a été détenu. Il a peur », poursuit Amjad.

La famille d’Arshad Haybat, qui n’a pas l’entregent du ministre, n’a, pour sa part, eu aucune nouvelle. Elle n’a obtenu aucune réponse des autorités. Sabreen News, une chaîne d’information liée aux factions armées chiites et diffusée sur Telegram, a annoncé, le 22 novembre, qu’Arshad Haybat avait été arrêté – sans préciser par qui – pour avoir organisé « une soirée maçonnique » et avoir été en possession d’un demi-kilo d­’héroïne. Des officiels contactés par la famille ont affirmé qu’il organisait une soirée LGBT et détenait des drogues. Des allégations que son frère réfute.

Source: lemonde.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus