En ce Moment

Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire, a quitté Les Républicains

Publicité

La présidente de la région Pays de la Loire, Christelle Morançais, a annoncé qu’elle n’était « plus membre des Républicains », dans un entretien publié vendredi 2 septembre par Ouest-France. « Je ne suis plus membre du parti Les Républicains depuis le lendemain du premier tour de l’élection présidentielle (le 10 avril 2022) », a-t-elle précisé.

Contrairement à ce qu’elle avait pu laisser entendre dans cet entretien, Christelle Morançais « ne rejoint pas Horizons », le parti politique de l’ancien premier ministre Edouard Philippe, a précisé par la suite son service de communication à l’Agence France-Presse.

Publicité

Porte-parole de Valérie Pécresse pendant la présidentielle, Christelle Morançais avait accueilli avec « soulagement » la victoire d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, appelant à « aider » le président « à bâtir l’unité dont la France a tellement besoin ». « Je n’ai pas compris que mon parti puisse mettre sur un pied d’égalité Emmanuel Macron et Marine Le Pen », s’est-elle expliquée.

Affirmant être « partie sans animosité, sans rancœur », elle assure néanmoins conserver « de très bons amis chez Les Républicains ». « Je suis et je reste une femme de droite, libérale, européenne, moderne. Je suis libre et je me consacre entièrement à la région des Pays de la Loire », affirme Mme Morançais.

A propos de l’élection à la présidence de LR (3 et 4 décembre), Christelle Morançais, proche de l’ex-président de région Bruno Retailleau, auquel elle a succédé en 2017, rappelle que, au moment où elle s’exprimait, la candidature du patron des sénateurs LR « n’est pas officielle ». « Il ferait un très bon président des LR et il le prouve à la tête du groupe LR au Sénat, tout comme il l’a montré à la région », estime l’élue.

Première femme à présider la région des Pays de la Loire, Christelle Morançais, 47 ans, a connu une ascension fulgurante depuis sa première candidature malheureuse aux municipales de 2014 au Mans.

Adhérente à l’UMP en 2002, Christelle Morançais avait commencé à militer en 2011 pour la réélection de Nicolas Sarkozy. Tête de liste dans la Sarthe aux régionales de 2015, elle était devenue 2e vice-présidente des Pays de la Loire après la victoire du Vendéen Bruno Retailleau et s’était fait réélire en juin 2021.

Rectificatif le 2 septembre à 18 h 30 : ajout d’une précision du service de communication de Christelle Morançais, qui indique qu’elle ne rejoint pas le parti politique d’Edouard Philippe, Horizons.

Source: lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page