Santé

Comment vivre plus longtemps : des scientifiques identifient cinq changements cruciaux

Publicité

_

Julien, Parkinson à 41 ans

Tests anti-coronavirus payants : à partir de quand et à quel prix ?

Alors que le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a reconnu début octobre, pour la première fois, que disposer d’un environnement propre, sain et durable est un droit humain, un nouveau rapport révèle en quoi les mesures de lutte contre le changement climatique pourraient être considérablement bénéfiques pour la santé humaine dans les prochaines années. Publié par l’Academy of Medical Sciences et la Royal Society, le document aborde certaines « doubles victoires » pour le climat et la santé et appelle les gouvernements à s’assurer que les initiatives mises en place pour lutter contre le changement climatique sont aussi conçues pour offrir des avantages pour la santé.

Le rapport a réuni 11 experts de premier plan pour examiner les preuves provenant de diverses sources concernant les impacts sur la santé des initiatives de lutte contre le changement climatique. « Il est évident que la lutte contre le changement climatique aura un impact positif sur la santé humaine à long terme, mais notre rapport fournit la preuve que les actions nécessaires pour atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre d’ici 2050 profiteront à notre santé à court terme. », explique la coprésidente du rapport, la Pr Joanna Haigh. Sa publication actuelle n’est pas un hasard puisque la 26ème session de la Conférence des Parties (COP 26) aura lieu en novembre à Glasgow.

Publicité

Se déplacer plus « vertement» est bénéfique pour la santé

« Notre rapport donne de nombreux exemples d’actions « gagnant-gagnant » qui auraient un impact positif sur la santé et le climat. », ajoute le Pr Sir Andy Haines. « Les secteurs tels que les transports, l’alimentation, le bâtiment et l’énergie devraient prendre en compte la santé lors de la mise en œuvre d’actions climatiques pour capitaliser sur ces doubles bénéfices. De nombreuses mesures, telles que l’amélioration de l’accès aux transports publics et des logements économes en énergie, pourraient également contribuer à réduire les inégalités en matière de santé. » Les auteurs citent en tout cinq exemples où l’action contre le changement climatique a un impact positif sur la santé.

Quels sont-ils ? Élimination progressive des combustibles fossiles, voyages/déplacements, production alimentaire et alimentation, bâtiments et santé. Ainsi, dans le premier domaine, le passage des combustibles fossiles à une production d’électricité plus propre réduira la pollution de l’air, ce qui améliorera la santé et sauvera des vies. En termes de déplacements, le soutien aux transports en commun, l’augmentation du cyclisme et de la marche, ainsi que le passage aux véhicules électriques, entraîneront des avantages environnementaux et sanitaires grâce à une activité physique accrue et à une réduction de la pollution. Et ce d’autant que l’augmentation de la marche et du vélo pourrait réduire la prévalence de maladies cardiaques, accidents vasculaires cérébraux et du diabète.

var slotName = « contenu_texte_intercale »,
slotPos = « contenu_texte_intercale4 »,
slotSize = [[‘fluid’], [300, 250]],
refreshSlot = 0,
mappingSizeDefinition = null ;
utils.defineAndRefreshSlot(slotName, slotSize, slotPos, mappingSizeDefinition, refreshSlot);

UNI.prebidContent.push(‘contenu_texte_intercale4’);

Consommer moins de viande et plus de végétaux : un double bienfait

D’un point de vue alimentaire, le fait que la population réduise sa consommation de viande rouge et transformée tout en augmentant sa consommation de fruits et légumes réduirait considérablement les émissions de gaz à effet de serre tout en évitant ou en retardant les décès dus aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux et au cancer. « Une alimentation saine contenant moins de viandes rouges et transformées et plus de fruits et légumes devrait augmenter l’espérance de vie moyenne d’environ 8 mois et réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à l’alimentation d’environ 17%.», estiment ainsi les auteurs du rapport pour l’échelle du Royaume-Uni donnée en exemple.

Ces derniers soulignent également qu’en 2019, les bâtiments étaient responsables de 17% des émissions de gaz à effet de serre du Royaume-Uni, tandis que les basses températures sont liées à jusqu’à 50 000 décès par an. Des maisons plus chaudes et mieux isolées devraient de fait empêcher certains de ces décès prématurés, ainsi que réduire les factures de carburant. De même, une ventilation adéquate est également nécessaire pour assurer la qualité de l’air intérieur et maximiser les bienfaits pour la santé. Enfin, concernant le domaine de la santé, le rapport indique que les systèmes de santé du monde entier sont responsables de 4 à 5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Source: SanteMagazine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page