En ce Moment

Conférence Google I/O : un nouveau smartphone, une montre et une vague d’améliorations logicielles annoncés

Publicité

La conférence annuelle de Google à l’adresse des développeurs, Google I/O, a débuté mercredi 11 mai. L’entreprise californienne en a profité pour présenter plusieurs nouveaux produits ainsi que diverses améliorations de ses services. La plupart seront disponibles dans les prochains mois.

Google a dévoilé son nouveau smartphone moyen de gamme, le Pixel 6a, qui sera commercialisé une centaine d’euros plus cher que son prédécesseur le Pixel 4a : 459 euros. Cette augmentation tarifaire est en partie justifiée par la construction plus robuste de ce nouveau mobile, alliant métal et verre, là où son prédécesseur était habillé de plastique.

Publicité

Avec son écran de 6,1 pouces de diagonale, le Pixel 6a présentera un format un peu plus compact que celui de la moyenne des smartphones actuels, ce qui le rendra plus confortable en main, une qualité qui se fait rare. Il embarquera deux capteurs photo, dont un très grand angle.

Google a créé la surprise en dévoilant une montre, la Pixel Watch, attendue pour la fin d’année. L’entreprise californienne est restée floue sur des points importants comme l’autonomie de sa batterie ou son prix. Mais le dessin de cette montre a attiré les regards : son écran est recouvert d’un spectaculaire dôme en verre, que l’on peut craindre cependant fragile.

Le service de cartographie Google Maps permettra prochainement de calculer un itinéraire permettant de réduire la consommation de carburant, dans le double objectif de dépenser moins et de réduire l’empreinte carbone du trajet. A la demande, le traitement de texte Google Docs pourra afficher un résumé du document ouvert, inséré tout en haut de la page. L’application de visioconférence Google Meet fournira aux personnes qui ont raté une réunion une retranscription textuelle des échanges.

Quant à Google Photos, la galerie d’images de Google sera capable de retoucher automatiquement les images en accordant une grande attention aux teintes de peau des sujets, catégorisés selon l’échelle de Monk, qui recense dix tonalités différentes.

Il deviendra bientôt possible de mener des recherches mêlant des photos à d’autres critères. En photographiant un plat de pâtes par exemple, puis en associant cette image avec la recherche à proximité, Google sera théoriquement en mesure de lister les restaurants italiens aux alentours.

Plus étonnant encore, en filmant le rayon chocolat d’un supermarché, on pourra demander à Google d’indiquer, par exemple, les tablettes de chocolat noir sans noisettes. Reste à savoir à quel point cette recherche visuelle intelligente sera efficace et simple à utiliser.

Côté vie privée, Google permettra aux particuliers de signaler des informations personnelles gênantes, telles une adresse ou un numéro de téléphone mentionnés sur un site Internet, et de demander leur retrait du moteur de recherche. Google n’a pas le pouvoir de supprimer ces informations des sites qui les hébergent, mais l’entreprise peut cesser de les faire apparaître dans ses résultats de recherche.

Google a annoncé la création d’une sorte de laboratoire en accès libre sur Internet, le Test Kitchen, où l’on pourra jouer avec divers outils d’intelligence artificielle (IA) expérimentaux. Imagine It permettra de lancer l’intelligence artificielle en lui contant la première phrase d’une histoire : l’IA imaginera le paragraphe suivant, puis proposera plusieurs options pour la suite, sous forme de boutons.

Talk About It, à l’inverse, démarrera la conversation lui-même en proposant un thème de départ. Son utilisateur aura ensuite la possibilité d’interroger l’IA en lui posant des questions à l’oral. Selon Google, même si l’utilisateur essaye de faire prendre un tour différent à la conversation, Talk About It « essayera de le ramener vers le thème initial ».

Enfin, en indiquant à List It un projet comme « faire pousser des cactus », l’IA soumettra immédiatement à l’utilisateur une liste de tâches à accomplir pour y parvenir. Comme le souligne le PDG de Google, Sundar Pichai, ces intelligences artificielles expérimentales commettent beaucoup d’erreurs et peuvent même produire des textes offensants. Google, dont l’objectif est d’améliorer les performances de ces IA, fournira à leurs usagers un outil permettant de signaler les problèmes.

Source: lemonde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page