Confinement et coronavirus : il est urgent de reprendre les vaccinations

De nombreuses personnes ont interrompu les vaccinations pendant les huit semaines de confinement. La Haute Autorité de santé appelle à reprendre sans tarder les différentes campagnes. 

Un bébé se fait vacciner par un médecin.

Pendant le confinement, de nombreux Français ont mis leur santé sur pause. Avec l’épidémie de Covid-19, les vaccinations ont fortement chuté. Pendant toute la durée de confinement, la HAS (Haute Autorité de santé) avait rappelé l’importance de maintenir le calendrier vaccinal des nourrissons (2, 4, 5, 11, 12 et 16-18 mois). Au-delà de deux ans, il était possible de différer les vaccinations.

Une situation dénoncée, ce lundi 16 juin, par la Haute Autorité de santé. Les données récemment publiées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé et la Caisse nationale d’assurance-maladie, dans le cadre de l’étude Epiphar, pointent une baisse conséquente du nombre des délivrances de vaccins remboursés en pharmacie. Précisément, 44 000 nourrissons âgés de 3 à 18 mois n’ont pas reçu de vaccin contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite, la coqueluche, les méningites à Haemophilus influenzae de type b et l’hépatite B. Comme le rappelle la HAS, la vaccination reste indispensable pour prévenir le risque infectieux chez les nourrissons et les personnes fragiles.

Vacciner sans tarder

Un retard qu’il est maintenant important de rattraper. Les vaccins non réalisés sur l’ensemble des huit semaines de confinement concernent 90 000 personnes pour les vaccins anti-papillomavirus (HPV), 123 000 pour le ROR (rougeole-oreillons-rubéole) et 450 000 pour les vaccins antitétaniques destinés aux rappels des enfants, adolescents et adultes. 

La Haute Autorité de santé encourage les professionnels de santé à saisir toute occasion de contact avec leurs patients pour vérifier et mettre à jour leur vaccination. « Dès aujourd’hui, la HAS invite les personnes qui ont dû reporter leurs vaccinations ou celles de leurs enfants et nourrissons, à consulter leur médecin traitant ou leur pédiatre rapidement », précisent les experts. Ils recommandent de reprendre immédiatement les vaccinations sans délai.

Les modalités du rattrapage vaccinal

Concernant les modalités du rattrapage vaccinal, la HAS assure que l’allongement du délai entre deux injections ne nuit pas à la qualité de la réponse immunitaire, qu’il n’est pas nécessaire de reprendre dès le début, que toutes les doses déjà administrées doivent être prises en compte et ainsi seules les doses manquantes et le premier rappel doivent être administrés. De plus, elle recommande de privilégier l’utilisation de vaccins combinés, il est possible de réaliser jusqu’à quatre injections au cours d’une même séance.

Comment vacciner face à une suspicion de contamination ?

« Hors contexte de Covid-19, la règle est de ne pas reporter la vaccination d’une personne qui présente une infection mineure et/ou une fièvre de faible intensité, et de la décaler de quelques jours pour une personne qui a une infection aiguë modérée à sévère », recommande la HAS. 

Face à un patient qui présente des signes cliniques de l’infection, il est préconisé de réaliser un test de diagnostic par RT-PCR. SI le résultat est négatif, il est alors possible de mettre immédiatement en place le rattrapage vaccinal. Si le résultat est positif, « la reprise de la vaccination pourra débuter dès la guérison, lorsque la personne sera redevenue asymptomatique, c’est-à-dire à partir du 8e jour après le début des symptômes et au moins 48h après disparition de la fièvre et d’une éventuelle gêne respiratoire ».

Source: SanteMagazine.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus