Coronavirus aux USA : malgré ses efforts initiaux, la Californie cède du terrain face au virus

Citée en exemple pour sa gestion de la pandémie au début de la crise sanitaire, la Californie doit désormais faire face, comme de nombreux autres Etats américains, à une préoccupante recrudescence de cas de Covid-19, notamment chez les jeunes.

Premier Etat à avoir ordonné un confinement général fin mars, la Californie a aussi mis le paquet sur sa capacité à tester les malades potentiels, élément clef pour juguler l’épidémie selon les spécialistes.

Depuis le début de la crise, quelque 3,7 millions de Californiens – sur une population totale de 40 millions – ont été dépistés. Et environ 100.000 tests étaient effectués quotidiennement cette semaine.

L’intensité des tests suffirait-elle à expliquer statistiquement le regain de cas de Covid-19 ? En partie seulement, répondent les experts.


A lire aussi : Coronavirus aux USA : la vente d’alcool dans les bars de Floride est suspendue


Le fait qu’on assiste aussi à une augmentation du nombre des hospitalisations (…) signifie aussi qu’il y a plus de transmissions“, selon le Dr Lee Riley, épidémiologiste à l’Université de Californie à Berkeley.

Selon le gouverneur Gavin Newsom, le nombre de patients hospitalisés en lien avec une infection au Covid-19 a bondi de 32% au cours des deux dernières semaines, pour atteindre 4.240 personnes.

Les causes probables sont difficiles à pointer précisément du doigt, mais tous les regards convergent vers un relâchement des comportements, en particulier chez les plus jeunes.

Nous ne pouvons pas continuer comme nous l’avons fait ces dernières semaines“, a averti le gouverneur Newsom, qui a rendu le port du masque obligatoire dans tout l’Etat depuis la semaine dernière.

 

Egoïste

Officiellement, les consignes interdisent toujours aux membres de différents foyers de se retrouver dans un même espace clos. Mais avec la réouverture progressive de l’économie, restaurants et salles de sports inclus, les Californiens ont depuis longtemps recommencé à se retrouver pour des anniversaires, des barbecues ou des sorties à la plage. “Je ne suis pas naïf, les gens se mélangent et cela accroît la propagation de ce virus“, a lancé Gavin Newsom.

Il nous faut reconnaître que ce sont nos comportements qui aboutissent à ces chiffres (en hausse) et que nous mettons des vies en danger“, a-t-il insisté.


A lire aussi : Pourquoi l’épidémie de coronavirus connaît-elle un rebond aux Etats-Unis ?


Les patients infectés sont “de plus en plus jeunes“, s’est inquiété le gouverneur, qui s’est adressé directement à eux: “Vous êtes jeunes, donc vous vous sentez un peu invincibles. Mais avec tout le respect que je vous dois, cet état d’esprit est souvent égoïste“.

Même s’ils ne sont pas les plus à risque pour des formes graves de la maladie, ils sont les plus à risque pour la propager“, a mis en garde le Dr Barbara Ferrer, responsable de la santé pour le comté de Los Angeles, principal foyer de Covid-19 en Californie.

 

Emporté par la foule

Autre élément pouvant expliquer l’augmentation de la diffusion du virus: les manifestations anti-racistes dénonçant la mort de George Floyd sous le genou d’un policier fin mai, qui ont réuni des dizaines de milliers de personnes pendant de longues heures, souvent sans distanciation physique.

Même s’il est difficile de l’assurer, “je veux dire qu’il est très probable, étant donné la hausse que nous voyons, qu’il s’agisse de gens qui ont pu se trouver dans une foule durant l’une des manifestations“, a déclaré le Dr Ferrer.

Pour autant, le gouverneur Newsom n’a pour l’instant pas manifesté l’intention de faire machine arrière ou d’imposer des confinements ciblés.

Le Dr Anthony Fauci, expert le plus écouté du gouvernement américain sur la pandémie, lui a donné raison récemment. “Je ne pense pas que l’Etat de Californie fasse quelque chose de mal, ça a à voir avec la réaction des gens au processus de réouverture“, a dit directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses.


A lire aussi : USA : l’approche actuelle contre le Covid-19 “ne marche pas”, concède le docteur américain Anthony Fauci


Si vous ne gardez pas vos distances, que vous ne portez pas de masque, que vous rouvrez trop tôt, vous allez assister à un pic du nombre de cas, ça n’a rien de sorcier“, renchérit le Pr Anne Rimoin, épidémiologiste et spécialiste en santé publique de l’université UCLA à Los Angeles.

La réalité, c’est que nous allons avoir bien plus de cas et beaucoup plus de morts si nous ne faisons pas tous attention“, résume cette spécialiste du virus Ebola.

A ce jour, près de 200.000 cas au total ont été recensés en Californie, avec plus de 5.700 morts.

Extrait de notre JT 19h30 de ce vendredi 26 juin

Source: rtbf.be

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus