Société

Coronavirus : Ces saisonniers confinés dans leurs camping-cars au pied des pistes de ski du Jura

Publicité
Lamoura (Jura), le 23 mars 2020. Des saisonniers habitant en camping-car se retrouvent coincés au pied des pistes de ski en raison du confinement.
Lamoura (Jura), le 23 mars 2020. Des saisonniers habitant en camping-car se retrouvent coincés au pied des pistes de ski en raison du confinement. — V. VANTIGHEM
  • En raison de l’épidémie de coronavirus, les stations de ski ont fermé les pistes brutalement le 15 mars.
  • Plusieurs saisonniers se sont retrouvés sans travail du jour au lendemain.
  • Une dizaine d’entre eux sont coincés dans des camping-cars dans le Jura… sans possibilité de partir.

A Lamoura (Jura),

Il y a encore de la neige. Mais de larges bandes d’herbes strient désormais les pistes de ski. « De toute façon, on n’a même plus le droit d’aller se balader… », se désole Ludwig, en regardant son snowboard se dessécher sur le macadam.
Confinement oblige, ce travailleur saisonnier est coincé avec une dizaine d’amis et collègues depuis une semaine sur le parking
de la station de Lamoura, aux pieds des monts du Jura.

Âgés de 20 à 30 ans, ils ont pris l’habitude, depuis quatre ans, de passer l’hiver dans cette station familiale perchée à 1.154 mètres d’altitude. A chaque fois, ils posent leurs camping-cars et caravanes sur le parking des remontées mécaniques et travaillent à la boutique de location de skis ou au snack voisin. « On devait bosser jusqu’au 31 mars.
Mais d’un coup, tout a été fermé. D’abord le restaurant le 14. Puis les pistes, le 15, explique Cyriaque. Et on n’a pas eu le temps de partir
avant les annonces de Macron sur le confinement… »

Le maire veut qu’ils partent, les gendarmes non…

Depuis, la bande de copains se trouve dans une situation ubuesque : ils ne peuvent pas bouger leurs véhicules mais n’ont pas le droit non plus de rester sur le parking. « Le maire nous dit qu’on doit partir. Mais si on bouge pour aller s’installer ailleurs, on va se faire aligner par les gendarmes », pense Cyriaque dont les dreadlocks pointent sous la casquette.

Interrogée par 20 Minutes, la gendarmerie nationale confirme l’analyse. « Nous n’avons pas de remontées particulières mais avec la fermeture anticipée, il ne serait pas étonnant que des saisonniers soient bloqués dans les stations de ski. A notre échelle, nous ne pouvons pas les laisser circuler. La seule solution, c’est qu’ils obtiennent une dérogation préfectorale via la mairie pour pouvoir partir. » Contacté à ce propos,
le maire de Lamoura, Francis Leseur, n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Publicité

La voisine leur fournit de l’eau mais ne veut pas les croiser

Sans doute parce que la pression monte parmi les rares habitants de cette petite bourgade à deux pas de la frontière suisse. « Certains voisins se sont plaints parce qu’on prenait le café au soleil, dehors sur le parking, assure Loïc en pointant quelques habitations situées de l’autre côté de la route. Mais on ne regarde pas ce qu’ils font dans leur jardin, nous ! Il faut qu’ils comprennent que nos caravanes sont comme des appartements sur roulettes… »

A ceci près qu’ils ne disposent pas de toutes les commodités. Si l’électricité est fournie par des panneaux solaires, l’eau demeure une denrée rare. « Heureusement que la gérante du restaurant nous vient en aide, raconte Ludwig. Mais avec toutes les précautions : on dépose les bidons devant sa porte, elle met des gants, les remplit et les laisse au même endroit. Mais elle ne veut pas nous croiser de peur d’attraper le virus… »

Bières et frais et jeux de palets

Eux ne semblent pas inquiets. « Cela fait quatre mois qu’on vit ensemble. Si l’un de nous a le corona, on l’a tous ! », rigole Loïc. Aucune raison donc de prendre des distances particulières pour s’occuper. Pendant que Prune se lance dans un grand ménage de printemps, les garçons bricolent les caravanes. Et entre deux, ils se retrouvent pour jouer aux palets bretons sur le parking. Un bloc de glace permet de garder les bières au frais tandis que les deux chats adoptés par la communauté – Mimoule et Willy – se dorent au soleil du Jura.

Lamoura (Jura), le 23 mars. Des saisonniers bloqués au pied des pistes en raison de l'épidémie de coronavirus.
Lamoura (Jura), le 23 mars. Des saisonniers bloqués au pied des pistes en raison de l’épidémie de coronavirus. – V.VANTIGHEM

« J’ai bougé le camion pour qu’il soit plein sud et surtout que les voisins ne nous voient plus, lâche Cyriaque. On a la supérette un peu plus haut. Franchement, on est bien. S’il faut rester là deux mois, on a de quoi tenir… » C’est le maire qui va être content.

Source: 20minutes.fr

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer