Déconfinement des personnes âgées : comment, quelles précautions ?

Les personnes âgées sont plus vulnérables aux formes graves du coronavirus. D’où une extrême prudence lors de la levée du confinement prévue le 11 mai prochain en France. 

Age, attestation de sortie : quelles conditions après le 11 mai ?

A partir du 11 mai, “les aînés devront respecter des règles : se protéger, limiter les contacts, les sorties sur le principe de confiance et de responsabilité, et il n’y aura pas d’attestation de sortie pour les plus âgés et fragiles” a déclaré le Premier ministre Edouard Philippe lors de la présentation de la stratégie de déconfinement du gouvernement, devant l’Assemblée nationale le 28 avril. Et d’ajouter que “les visites privées devront être entourées de précautions comme les sorties”. Une première évaluation du déconfinement sera réalisée le 2 juin et selon les résultats, les règles de déconfinement pourront être resserrées ou assouplies. L’âge d’une personne ne sera pas un critère de sortie ou non du confinement. Toutes les personnes âgées pourront sortir du confinement le 11 mai. Comme l’a expliqué le conseiller départemental de l’Essonne Jérôme Guedj, chargé de faire des propositions au ministre de la Santé pour éviter l’isolement des séniors, le 26 avril à FranceInfo, “ça n’a pas vraiment de sens. Il y a des personnes de moins de 60 ans qui ont des pathologies, des affections de longue durée, qui peuvent avoir du diabète, qui peuvent avoir de l’insuffisance respiratoire, de l’hypertension artérielle, et qui savent elles-mêmes qu’elles sont en fragilité. Donc ce n’est pas l’âge qui est déterminant, c’est son état de santé et la manière dont on vit“. 

Quels gestes barrières pour les personnes âgées ? 

Les personnes âgées de plus de 65 ans (au début de l’épidémie, l’âge était fixé à 70 ans) comptent parmi les plus à risque de formes graves du coronavirus, rappelle le Haut conseil de la santé publique (HCSP) dans un Avis du 20 avril 2020. Chez ces personnes, en cas de symptômes évocateurs du Covid-19, les tests diagnostiques sont prioritaires. Les mesures barrières au virus sont plus qu’essentielles chez cette population. A savoir, selon le HCSP :

• Le port d’un masque grand public ne sera pas obligatoire après le 11 mai mais il reste recommandé à domicile en présence de visiteurs et lorsqu’ils sont amenés à sortir de chez eux pour des raisons personnelles ou professionnelles. Lors de consultations médicales en cabinet libéral ou en milieu hospitalier, les personnes âgées doivent porter un masque chirurgical. Les masques doivent être portés sans les toucher. Chaque manipulation doit être suivie d’une hygiène des mains.

En plus de la distance sociale lors des sorties, le port systématique d’un masque grand public est recommandé pour les personnes âgées.

• L’hygiène des mains doit être systématique lors de tout geste ou situation à risque de transmission du SARS-CoV-2 : après toute manipulation d’un masque (tout type de masque), avant de préparer les repas, de les servir et de les consommer et avant de sortir de chez soi, après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, avoir rendu visite à une personne, chaque sortie à l’extérieur, avoir pris les transports en commun, être allé aux toilettes. Il est recommandé de se laver les mains à l’eau et au savon pendant 30 secondes puis de les sécher avec une serviette propre ou à l’air libre.

Les mesures de distanciation sociale : Les personnes à risque de formes graves doivent éviter au maximum le contact avec des personnes susceptibles de les contaminer. En cas de sortie en dehors du domicile, le HCSP recommande de respecter une distance physique d’au moins 1 mètre entre deux personnes en milieux extérieur et intérieur (ex. pour faire des courses dans un magasin, etc.). La protection des personnes à risque de forme grave de Covid-19 par cette distance doit être renforcée par le port systématique d’un masque grand public.

Visite à domicile“Les visites privées devront être entourées de précautions comme les sorties” même après le 11 mai a expliqué Edouard Philippe conformément au plan de déconfinement du gouvernement. le HCSP recommande de limiter les visites à celles strictement essentielles, n’autoriser qu’un seul visiteur par visite, éviter les visites de personnes symptomatiques ou d’enfants, respecter la distance d’au moins un mètre, ne pas se serrer la main ou s’embrasser, ne pas toucher d’objet ou surfaces. Le visiteur doit se laver les mains avec de l’eau et du savon ou du gel hydro-alcoolique en arrivant au domicile et porter un masque grand public (double barrière). 

Et dans les Ehpad ?

Le Premier ministre n’a pas abordé la question des Ephad lors de son discours du 28 avril mais le Conseil Scientifique rappelle le 20 avril “que le risque de transmission (du coronavirus, ndlr) est nettement plus élevé, tant pour les résidents que pour le personnel soignant”. En considération de ce facteur et du risque de formes graves, ces experts sont favorables à la poursuite d’un confinement aménagé “en trouvant de façon urgente des moyens de liaison sociales entre les résidents et leur famille (visite visuelle, tests diagnostiques RT-PCR COVID avant une visite physique…)”, en respectant de façon stricte les mesures barrières pour réduire au maximum le risque d’intrusion du virus dans les établissements encore sains et en autorisant “un volant minimal de visites de nature à réduire la souffrance des résidents, et d’éviter des phénomènes de “glissements” très délétères voire mortels, au moins dans les régions où cela est possible”. Enfin, le Conseil scientifique recommande un élargissement du dépistage dans les EHPAD.

Source: journaldesfemmes.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus