Santé

Découvrez les différentes anomalies des ongles !

Découvrez les différentes anomalies des ongles !

différentes anomalies des ongles

L’ongle termine harmonieusement l’extrémité des doigts et des orteils qu’il protège et embellit. Il est également utile pour la réalisation de gestes fins comme le boutonnage, la préhension de petits objets, le grattage.

différentes anomalies des ongles

Ce qu’on appelle communément « ongle », est une lame de kératine qui peut être le siège de plusieurs anomalies :

  • Anonychie: C’est l’absence d’ongle. Exemples : malformation congénitale, isolée (onychodysplasie congénitale des index ou maladie d’Iso-Kikushi), ou non (nail patella syndrome).
  • Onychatrophie: C’est l’atrophie de tout ou d’une partie de l’ongle secondaire à un processus pathologique. Exemples : psoriasis sévère, lichen, onychotillomanies, pemphigoïde cicatricielle, séquelles de toxidermie bulleuse, acrosclérose.
  • Macronychie: L’ongle est anormalement grand. Exemple : macrodactylie de la maladie de Recklinghausen.
  • Micronychie : L’ongle est anormalement petit, phénomène en général congénital. Exemples : dysplasies ectodermiques, anomalies chromosomiques, maladie de Kikushi, nail patella syndrome.
  • Dolichonychie: L’ongle est anormalement long (plus long que large). Exemples : maladie de Marfan, syndrome d’Ehlers-Danlos, dysplasies ectodermiques.
  • Brachyonychie: L’ongle est anormalement court, anomalie congénitale ou acquise. Exemples : pouces en raquette, désaxation congénitale des ongles des orteils, onychophagie, acro-ostéolyse toxique ou de l’hyperparathyroïdie.
  • Pachyonychie ou onychauxis: C’est l’épaississement de la lame unguéale, qui est à différencier de l’hyperkératose sous-unguéale ; la distinction entre les deux phénomènes n’est pas toujours facile, car les deux symptômes peuvent s’associer et avoir les mêmes étiologies. Exemples : pachyonychie congénitale, psoriasis, syndrome des ongles jaunes.
  • Onychogryphose: C’est l’épaississement et l’hypertrophie de la tablette qui prend un aspect en griffe ou en corne de bélier ; elle est observée en général chez le sujet âgé, et est polyfactorielle.
  • Onychoptose: C’est la chute de l’ongle post traumatique, secondaire à une onychomadèse ou à une onycholyse totale.
  • Onychophagie: C’est le tic consistant à se ronger les ongles.
  • Onychotillomanie: Théoriquement, il s’agit du tic d’arrachage de l’ongle et de son pourtour (« envies ») ; mais elle peut en fait être attribuée à toutes les manipulations autoagressives envers l’appareil unguéal et incluant l’onychophagie.
  • Onychorrhexis: C’est une hyperstriation longitudinale fine, superficielle, donnant un aspect sale à la lame.
  • Fissure longitudinale: Elle peut correspondre à des processus divers (post-traumatique, dystrophie canaliforme de Heller, lichen, lichen striatus, tumeur glomique ou maligne).
  • Koïlonychie: C’est la déformation en cuillère de la lame unguéale, concave vers le haut, capable de retenir une goutte d’eau ; les ongles fins et mous se déforment plus facilement.

 

En Relation avec le Sujet

Tags

Sur le même theme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close