Santé

Découvrez les principales causes de prurit !

Découvrez les principales causes de prurit !

Le prurit constitue un des signes cardinaux de la dermatologie. Il est le seul signe fonctionnel spécifique de cette spécialité.

woman prurit

Le prurit peut être défini comme « une sensation déplaisante qui provoque le désir de se gratter » Les anglophones possèdent deux mots équivalents à prurit en français : itchdésigne un prurit associé à une maladie cutanée alors qu’aucune dermatose n’est associée au pruritus. En pratique, les deux mots sont souvent employés comme synonymes.

Le prurit n’est pas une douleur ; il s’oppose d’ailleurs sur bien des points à la douleur. Il existe néanmoins des sensations intermédiaires entre le prurit et la douleur, comme les paresthésies.

Le prurit peut survenir au cours de nombreuses circonstances :

Prurits dermatologiques :

Ce sont les prurits liés à une maladie cutanée :

  1. Dermatoses inflammatoires:dermatite atopique, eczéma de contact, urticaire.
  2. Dermatoses infectieuses: folliculite, gale, pédiculose, piqure d’insecte.
  3. Dermatoses cancéreuses: lymphomes, mélanomes.

Prurits non dermatologiques :

Causes médicamenteuses:

Face à un prurit isolé, le premier réflexe doit être de rechercher une cause médicamenteuse. Voici quelques exemples de médicaments inducteurs de prurits isolés :

  1. Antibiotiques : Bêtalactamines, Érythromycine, Colitsine, Polymyxine B…
  2. Antifongiques : Kétoconazole, Miconazole
  3. Antiviraux : Aciclovir
  4. Antidiabétiques : Chlorpropamide, Tolbutamide
  5. Traitements cardiovasculaires : Bêtabloqueurs, Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, Clonidine, Amiodarone, Quinidine, Diazoxide.

Prurit urémique :

Il est lié à une insuffisance rénale chronique mais pas aiguë. Il serait présent chez 40 à 85 % des hémodialysés. Il n’y a pas de facteur favorisant connu et son origine reste mystérieuse.

Prurit choléstatique :

Le prurit est un signe précoce de cholestase chronique et précède parfois de plusieurs années les autres signes, cutanés ou non, des hépatopathies. Il prédomine sur les extrémités et les zones de frottement, s’intensifie la nuit et s’accompagne souvent d’une pigmentation cutanée respectant la zone médiodorsale.Les principales causes de prurit cholestatique : Lithiase biliaire, pancréatite, cancer du pancréas, métastases hépatiques ou pancréatiques, hépatites, cirrhose biliaire primitive.

Prurit des maladies générales :

Prurit hématologique:

Lymphomes hodgkiniens ou non, gammapathies bénignes ou malignes, maladie de Vaquez, mastocytose.

Troubles endocriniens et métaboliques :

Carence en fer, dysthyroïdies, hyperparathyroïdie, diabète, grossesse, tumeur carcinoïde.

Le prurit peut être aigu ou chronique. L’appréciation de son intensité est difficile. Au même titre que la douleur ou l’asphyxie, il peut être à l’origine d’une souffrance importante. Les thérapeutiques actuelles ne sont pas toujours pleinement efficaces.

En Relation avec le Sujet

Tags

Sur le même theme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close