Des liens entre l’échographie et le fait d’être gaucher

14 décembre 2001 – Des scientifiques suédois ont démontré que les échographies sur les femmes enceintes pouvaient provoquer des lésions cérébrales chez les foetus et rendre les enfants gauchers.

L’étude a porté sur la comparaison entre deux groupes d’hommes nés dans les années 70. Le premier groupe était composé de 7 000 sujets dont les mères ont eu des échographies lors de leur grossesse et le deuxième de 170 000 dont les mères n’en ont pas eu. Pendant la période d’introduction de l’échographie, de 1973 à 1975, aucune différence n’a été remarquée dans la latéralisation entre ceux qui ont été exposés à l’échographie et ceux qui ne l’ont pas été. Mais la probabilité de devenir gaucher était largement plus élevée, 32 % de plus que le groupe témoin, pour le groupe «échographié» entre 1976 et 1978. Cette période correspond à la propagation de l’échographie et à la préconisation d’une seconde échographie durant la grossesse. Les chercheurs ont donc conclu que l’exposition aux ultrasons par l’échographie lors de la vie foetale accroîtrait la probabilité de devenir gaucher.1

Dans la dernière décennie, différentes études avaient déjà suggéré que l’échographie pouvait affecter l’embryon. Cependant, les résultats semblent assez contradictoires et aucune preuve n’a été fournie. Les chercheurs considèrent que l’échographie endommagerait légèrement le cerveau, ce qui pourrait provoquer un changement de latéralisation chez l’enfant : de futurs droitiers pourraient alors devenir gauchers. D’autres risques liés à l’échographie ont été reportés comme les difficultés d’apprentissage et l’épilepsie, mais encore là, il ne semble pas y avoir de recherches concluantes à ce sujet.

La particularité d’être gaucher, plus courante chez les hommes que chez les femmes, touche entre 10 à 23 % des gens. Différentes hypothèses ont été émises telles que la prédisposition génétique, l’influence hormonale ou environnementale pendant la grossesse et des lésions focales survenues pendant la période périnatale. Les chercheurs de l’étude précitée penchent pour la dernière hypothèse concernant les lésions. Selon eux, le cerveau humain subit un développement critique jusqu’à une période avancée de la grossesse, ce qui le rend vulnérable à des lésions. Ils expliquent aussi que le cerveau masculin est plus à risque parce qu’il se développe plus longtemps que le cerveau féminin.

Les implications de cette découverte sont de taille et des scientifiques se réunissent ces jours-ci à Edimbourg afin de se prononcer sur les prochaines recherches nécessaires. Pour le moment, ils considèrent encore l’échographie comme étant sans danger. La Grande-Bretagne est particulièrement touchée par le phénomène puisque, depuis les années 20, son taux de gauchers a doublé, passant de 5 % à 11 %. Le fait qu’on forçait les gauchers à utiliser leur main droite dans le passé n’explique pas cette hausse importante.


Élisabeth Mercader – PasseportSanté.net

D’après National Post, 10 décembre 2001

1. Kieler H, Cnattingius S, Haglund B, Palmgren J, Axelsson O. Sinistrality-a side-effect of prenatal sonography: A comparative study of young men, Epidemiology 2001 Nov;12(6):618-23.

14 décembre 2001 – Des scientifiques suédois ont démontré que les échographies sur les femmes enceintes pouvaient provoquer des lésions cérébrales chez les foetus et rendre les enfants gauchers.

L’étude a porté sur la comparaison entre deux groupes d’hommes nés dans les années 70. Le premier groupe était composé de 7 000 sujets dont les mères ont eu des échographies lors de leur grossesse et le deuxième de 170 000 dont les mères n’en ont pas eu. Pendant la période d’introduction de l’échographie, de 1973 à 1975, aucune différence n’a été remarquée dans la latéralisation entre ceux qui ont été exposés à l’échographie et ceux qui ne l’ont pas été. Mais la probabilité de devenir gaucher était largement plus élevée, 32 % de plus que le groupe témoin, pour le groupe «échographié» entre 1976 et 1978. Cette période correspond à la propagation de l’échographie et à la préconisation d’une seconde échographie durant la grossesse. Les chercheurs ont donc conclu que l’exposition aux ultrasons par l’échographie lors de la vie foetale accroîtrait la probabilité de devenir gaucher.1

Dans la dernière décennie, différentes études avaient déjà suggéré que l’échographie pouvait affecter l’embryon. Cependant, les résultats semblent assez contradictoires et aucune preuve n’a été fournie. Les chercheurs considèrent que l’échographie endommagerait légèrement le cerveau, ce qui pourrait provoquer un changement de latéralisation chez l’enfant : de futurs droitiers pourraient alors devenir gauchers. D’autres risques liés à l’échographie ont été reportés comme les difficultés d’apprentissage et l’épilepsie, mais encore là, il ne semble pas y avoir de recherches concluantes à ce sujet.

La particularité d’être gaucher, plus courante chez les hommes que chez les femmes, touche entre 10 à 23 % des gens. Différentes hypothèses ont été émises telles que la prédisposition génétique, l’influence hormonale ou environnementale pendant la grossesse et des lésions focales survenues pendant la période périnatale. Les chercheurs de l’étude précitée penchent pour la dernière hypothèse concernant les lésions. Selon eux, le cerveau humain subit un développement critique jusqu’à une période avancée de la grossesse, ce qui le rend vulnérable à des lésions. Ils expliquent aussi que le cerveau masculin est plus à risque parce qu’il se développe plus longtemps que le cerveau féminin.

Les implications de cette découverte sont de taille et des scientifiques se réunissent ces jours-ci à Edimbourg afin de se prononcer sur les prochaines recherches nécessaires. Pour le moment, ils considèrent encore l’échographie comme étant sans danger. La Grande-Bretagne est particulièrement touchée par le phénomène puisque, depuis les années 20, son taux de gauchers a doublé, passant de 5 % à 11 %. Le fait qu’on forçait les gauchers à utiliser leur main droite dans le passé n’explique pas cette hausse importante.


Élisabeth Mercader – PasseportSanté.net

D’après National Post, 10 décembre 2001

1. Kieler H, Cnattingius S, Haglund B, Palmgren J, Axelsson O. Sinistrality-a side-effect of prenatal sonography: A comparative study of young men, Epidemiology 2001 Nov;12(6):618-23.

Source: passeportsante.net

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus