Dix ans de prison requis contre l’homme des médias de Sharia4Belgium, actuellement en Syrie

Condamné en son absence, Bilal Elhamdaoui, considéré comme responsable de la propagande du groupe Sharia4Belgium, avait fait opposition. Lors du nouveau procès, le parquet a à nouveau requis 10 ans de prison à son encontre. Selon son avocat, il se trouve toujours en Syrie, mais souhaite purger sa peine en Belgique.

Il se trouve dans le nord-ouest de la Syrie

Bilal Elhamdaoui est l’un des six combattants en Syrie déchus de leur nationalité belge en novembre par la cour d’appel de Bruxelles. Cette décision avait été rendue en son absence, il s’est depuis lors manifesté. “Il se trouve dans le nord-ouest de la Syrie avec sa femme et ses quatre enfants“, a affirmé son avocat Abderrahim Lahlali. “Il veut se rendre aux autorités turques pour pouvoir être extradé vers la Belgique et y purger sa peine. Mais il est très compliqué de rejoindre la Turquie pour l’instant, notamment en raison de la crise sanitaire.

Bilal Elhamdaoui a donné instruction à son avocat de s’opposer à sa déchéance de nationalité et à sa condamnation dans le cadre du procès de Sharia4Belgium. Il ne nie pas son appartenance au groupe, mais bien d’en avoir été l’une des figures de proue.

Elhamdaoui a réalisé, monté et diffusé les vidéos de Sharia4Belgium et gérait aussi le canal YouTube de l’organisation terroriste. “C’est via cette propagande que les jeunes étaient recrutés. Il a donc joué un rôle crucial, et apparaît comme un des leaders du mouvement. Il a poursuivi ses activités en Syrie et tenté de la sorte d’y faire venir d’autres personnes“, a affirmé le procureur fédéral. Il a dès lors demandé la confirmation de sa peine de 10 ans.

Sa défense a avancé que son handicap mental l’aurait empêché d’être un des cerveaux du groupe. “Mon client est mentalement déficient et a été suivi en psychiatrie. Il est très influençable et était totalement sous la coupe de Fouad Belkacem, qui l’a endoctriné. Il n’a jamais pris d’initiatives, mais a toujours agi sous ses ordres. Et mon client nie avoir poursuivi ses activités en Syrie, cela n’a d’ailleurs pas été prouvé.

Jugement le 9 octobre.

Source: rtbf.be

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus