Du CP à la 6e, le Covid-19 et le confinement ont accru les inégalités scolaires

Autres articles
1 De 1 727

Le parent inquiet n’y trouvera pas de raison de désespérer… mais pas non plus matière à se réjouir. A la veille d’un appel à la « grève sanitaire » dans les écoles, collèges et lycées, et alors qu’une frange de la communauté éducative continue de s’interroger sur le risque encouru à laisser les établissements ouverts, le ministère de l’éducation a publié, lundi 9 novembre, les résultats des évaluations nationales menées, en septembre, en CP, en CE1 et en 6e. La mesure promise des effets du confinement scolaire à chacune de ces classes charnières.

L’exercice est robuste statistiquement (et même « unique en Europe », souligne-t-on au ministère) : quelque 800 000 élèves ont été soumis à une batterie de tests qui a peu évolué depuis 2017 et permet, ainsi, de comparer dans le temps les compétences acquises dans deux des domaines-clés que sont les mathématiques et le français. En 6e, l’évaluation a été enrichie d’un test de lecture rapide (un exercice de « fluence », comme disent les enseignants).

Des trois photographies communiquées, un « effet Covid » ressort bien, mais il diffère selon les niveaux : les résultats, en « légère baisse » en CP, ont diminué de manière « sensible » en CE1 en français tout en restant « relativement stables » en mathématiques. En 6e, ils ont en revanche augmenté, ce qui fait dire au directeur général de l’enseignement scolaire, Edouard Geffray – le numéro deux du ministère de l’éducation –, que les « effets péjoratifs du confinement ont été amortis en grande partie » grâce à la continuité pédagogique (les cours à distance) mis en œuvre par les enseignants.

Au-delà de ces différences, on retrouve, pour chacune des cohortes évaluées, une caractéristique commune : les écarts de niveau se sont systématiquement creusés entre les élèves scolarisés en éducation prioritaire et ceux qui ne le sont pas. Un « creusement des inégalités » sans cesse dénoncé par les enseignants durant le confinement.

Dans le détail, à l’entrée au CP, la part d’élèves ayant une maîtrise satisfaisante de la « connaissance du nom des lettres et du son qu’elles produisent » passe de 80,1 % à 77,8 %. Celle des élèves sachant « manipuler des syllabes », de 81,3 % à 79,3 %. En mathématiques, « résoudre des problèmes » est une compétence acquise pour 64,4 % des enfants, contre 66,1 % en 2019.

Source: lemonde.fr

laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus