École à la maison : 6 erreurs à ne pas faire avec vos enfants pour que cela se passe bien

En raison de la fermeture des établissements scolaires et du confinement, les enfants (et parfois leurs parents) doivent travailler depuis la maison. Une situation pas toujours évidente. Quelles sont les erreurs à éviter pour que les séances de travail se passent au mieux ? Anne Zanelli et Nada Gilon, deux enseignantes d’école primaire, vous donnent quelques conseils.

Depuis ce lundi 16 mars, tous les établissements scolaires et les structures d’accueil de jeunes enfants sont fermés jusqu’à nouvel ordre, afin d’éviter la propagation du Covid-19. En outre, tous les déplacements sont restreints, depuis l’allocution du président de la République. Le quotidien des parents est ainsi bouleversé. En effet, ils doivent parfois jongler entre télétravail, garde d’enfants et aide aux devoirs pour s’assurer que les enfants ne soient pas trop longtemps coupés de l’école.

Pour cela, ils doivent épauler et accompagner leurs enfants lors de l’apprentissage des leçons et la réalisation des exercices. Cela n’est pas de tout repos et peut parfois virer au cauchemar et se finir sur des crises ou des disputes. Pour éviter ces situations, Nada Gilon, enseignante d’école primaire pour l’Académie de Créteil et d’Anne Zanelli, enseignante d’une école primaire d’Orly, vous donne quelques astuces pour ne pas commettre ces erreurs parfois irréparables.

Erreur n°1 : faire l’impasse sur les pauses et les moments libres durant le confinement

Tout comme à l’école, il est important pour les enfants d’avoir des pauses et des moments libres pour se divertir et surtout souffler et s’aérer l’esprit, même si ce n’est que pour quelques minutes. “Cela leur permet également de savoir qu’ils vont étudier une autre matière après la pause”, explique Anne Zanelli. Généralement, en primaire, les enfants ont une pause de 15 minutes le matin et une autre dans l’après-midi. Ces moments de répit permettent aux enfants d’être plus attentifs, une fois cet arrêt temporaire terminé.

En effet, selon Anne Zanelli et Nada Gilon, il est inutile de consacrer une heure ou plus pour une matière, car au bout de 30 minutes pour les 6 à 9 ans et de 45 minutes pour les 9 ans ou plus, les enfants ne sont plus concentrés. Il est alors difficile de capter leur attention. Il est donc préférable de toujours séparer les séances de travail, de faire des pauses entre chaque matière et de leur accorder des instants libres au cours de la journée pour vouloir les laisser faire ce que bon leur semble. L’enseignante Nada Gilon précise que la durée de ce moment libre est variable, selon la situation ou l’enfant.

S’acharner quand son enfant ne comprend pas les leçons ou les exercices

“Si l’enfant n’arrive pas à comprendre une leçon ou à faire un exercice, ce n’est pas grave, rien ne sert de s’obstiner à essayer de lui faire comprendre. Il est possible de lui expliquer la notion une, deux ou trois fois, s’il ne comprend toujours pas, il est inutile de le faire six ou sept fois car cela peut le brusquer. Il faut passer à autre chose”, déclare Nada Gilon. L’institutrice conseille ainsi aux parents de faire l’impasse sur la notion que l’enfant n’a pas compris et de revenir dessus le lendemain ou deux jours plus tard car en insistant l’enfant peut se braquer, “développer un blocage envers la notion ou les devoirs en général”.

Anne Zanelli partage le même avis que Nada Gilon. “La situation est déjà assez déstabilisante pour l’enfant, il ne faut pas que ce moment devienne une source de conflits, d’angoisses ou un calvaire tant pour l’enfant que le parent. Si l’enfant n’y arrive pas, il faut remettre la séance de travail à plus tard pour que celle-ci ne soit pas une épreuve pour lui”, indique la professeure. Anne Zanelli explique qu’il faut voir cette situation de confinement comme une chance de participer à l’évolution scolaire de son enfant : “c’est un mal pour un bien”.

Autre erreur : crier ou s’énerver contre son enfant

Comme pour l’erreur précédente, rien ne sert de s’énerver, hausser le ton ou crier sur son enfant lorsqu’il ne comprend pas une notion. Votre énervement et vos cris peuvent le brusquer, lui faire peur, le déstabiliser, le braquer et ne plus lui donner envie de travailler. L’attitude à adopter pour que les séances de travail se passent à merveille est d’être patient et bienveillant. “Ce sont les mots d’ordre lorsque l’on aide son enfant à travailler, si on ne se sent pas capable d’adopter cette attitude, vaut mieux laisser son enfant travailler tout seul”, précise Nada Gilon.

“Si l’enfant est face à une difficulté et qu’il ne comprend pas une leçon ou n’arrive pas à assimiler une information, il ne faut pas le forcer à la comprendre à tout prix. Il faut tout simplement laisser cette difficulté de côté, le noter pour pouvoir en faire part à son enseignant plus tard, et surtout il ne faut pas perdre son sang-froid et s’énerver, bien au contraire il faut relativiser et rester calme”, déclare l’institutrice Anne Zanelli.

Laisser votre enfant toute la journée devant un écran

Entre garde d’enfants, télétravail et aide aux devoirs, il est tout à fait compréhensible que certains parents n’aient plus l’énergie pour pouvoir occuper ou jouer avec leurs enfants. Cependant, la solution n’est pas de les laisser durant les pauses, les moments libres ou toute la journée devant leurs dessins animés préférés, soit devant les écrans, car ils ont de multiples effets néfastes sur la santé. En outre, “ils captent toute leur attention”, affirme Anne Zanelli. Il faut que les enfants se divertissent autrement.

S’imposer trop de rigueur pendant le confinement

Inutile de se mettre la pression et de s’imposer trop de rigueur. “Si votre enfant ne ressent pas l’envie de travailler durant une journée, ce n’est pas grave, il ne faut pas le forcer en se disant qu’il y a un planning à respecter. Vous pouvez remettre au lendemain l’apprentissage des leçons”, souligne Anne Zanelli.

Aller au-delà du programme de l’enfant

“Durant cette période de confinement, de nombreux parents vont vouloir prendre de l’avance sur le programme de l’enfant, chose à ne pas faire”, révèle Anne Zanelli. En effet, selon Nada Gilon, les enfants doivent uniquement réviser les leçons, apprises au début de l’année scolaire ou lors des années passées, et faire les exercices donnés par l’enseignant durant ces temps de confinement.

“Il ne faut pas essayer d’apprendre à son enfant une nouvelle notion car vous pourriez mal le faire. Résultat : il aura toujours du mal à la comprendre. Les parents doivent aussi se référer et se cantonner aux techniques opératoires du professeur, par exemple pour les méthodes de division, car si vous lui apprenez une nouvelle technique, cela peut le déstabiliser et peut même lui faire perdre la notion”, explique Nada Gilon.

Si les parents se sentent capables d’apprendre à leur enfant une nouvelle leçon, Anne Zanelli leur conseille de se limiter au programme de l’enfant et pour cela, elle leur préconise de vérifier les sommaires des manuels scolaires, disponibles sur les sites des éditeurs.

Merci à Nada Gilon, enseignante d’école primaire pour l’Académie de Créteil, et à Anne Zanelli, enseignante d’une école primaire d’Orly.

À lire aussi :

Faire l’école à la maison : bonne ou mauvaise idée de tester l’instruction en famille ?

Confinement : 9 conseils d’enseignants pour aider ses enfants à travailler depuis la maison

Cours en ligne, plateformes éducatives : les meilleures ressources pour faire l’école à la maison

Source: Femmeactuelle.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus