High-Tech

Fluocompacte (LFC) ou LED : comment choisir mes ampoules ?

Publicité

Lumens, kelvins, watts, indice de rendu des couleurs… Vous êtes un peu perdu au rayon ampoules ? On vous éclaire.

Fluocompacte (LFC) ou LED : c’est le choix qui s’impose au rayon éclairage, ces deux types d’ampoules restant les seuls autorisés à la vente. Pour autant, nombre de questions demeurent : quelle puissance, pour quelle luminosité et quelle température de couleur ? 6 Français sur 10 avouent avoir des difficultés au moment de l’achat, selon un sondage YouGov pour Philips Lighting.

Les LEDs, pour faire des économies…

Encore un peu plus chères que les lampes fluocompactes, les ampoules LEDs sont toutefois créditées d’une durée de vie au moins trois fois plus longue. D’autre part, à luminosité égale, elles consomment de 1,5 à 2 fois moins que leurs concurrentes. Sur le plan économique, c’est donc un choix nettement gagnant. Cependant, certaines durées d’usage annoncées sur les emballages – 20 ans ! – semblent plutôt exagérées, d’autant que, avec l’usure, les LEDs perdent en intensité lumineuse, sans pour autant « claquer ».

A savoir. Certains fabricants les garantissent 3 ou 5 ans, mais il faut penser à garder son ticket de caisse et ne pas jeter l’ampoule. …

Les LEDs, pour leur design

La conception des lampes LEDs offre plus de flexibilité que les tubes spiralés ou coudés des lampes fluocompactes. Avec les LEDs, toutes les formes sont permises. Elles peuvent être installées dans des luminaires souples (type fins arceaux décoratifs), dans des lampes de poche, des projecteurs extérieurs et même dans des ampoules reproduisant la forme des modèles à filament.

Publicité

La luminosité, une affaire de lumens

Avec les LFC et les LEDs, la consommation électrique des ampoules (exprimée en watts) et la quantité de lumière produite (exprimée en lumens) ne sont plus proportionnelles. Il faut donc se fier aux lumens pour choisir son ampoule : plus son nombre est élevé, plus l’ampoule émet de lumière. A titre indicatif, une LED de 650 lumens correspond au modèle à incandescence de 60 W. Pour la salle de bains et la cuisine, comptez entre 700 et 800 lumens au mètre carré pour bien y voir. Dans le séjour, de 400 à 500 lumens au m2 suffisent.

A savoir. Les meilleures ampoules fluocompactes mettent encore environ 30 secondes pour diffuser 60 % de leur luminosité maximale.

Lumière froide et lumière chaude

On a longtemps reproché aux fluocompactes d’émettre une lumière blafarde. Sur ce point, les fabricants ont fait de réels progrès. C’est aussi le cas des LEDs, au halo pouvant être très chaud. Sur les étiquettes, cette température de couleur est exprimée en kelvins (K). De 2 400 à 3 000 K pour les teintes les plus chaudes à 6 500 K pour un éclairage « lumière du jour », au rendu froid.

A savoir. Un nombre de kelvins élevé (5 000 K) donne une lumière blanche, idéale au garage. Au salon, préférez un blanc chaud (2 500 K).

Etiquetage complet

Consommation d’énergie (watts), luminosité (lumens), température de couleur (kelvins), durée de vie théorique (en heures), ces mentions doivent toutes figurer sur l’étiquetage. S’y ajoute « l’indice de rendu des couleurs » (IRC), mesuré sur une échelle de 1 à 100 – le chiffre le plus élevé correspondant à des couleurs vues sous la lumière du jour. L’efficacité énergétique des lampes est, elle, indiquée par l’étiquette énergie, notée de A à G. L’emballage doit aussi mentionner le nombre de cycles d’allumage/extinction que peut supporter l’ampoule. Une information utile au moment de choisir un modèle à placer dans un salon, ou plutôt dans un lieu de passage.

A savoir. L’étiquetage peut indiquer la plage de température d’utilisation. Les LFC supportant mal les basses températures, mieux vaut les éviter pour éclairer en extérieur.

Attention à la lumière bleue !

Qu’elles soient fluocompactes ou à LEDs, les ampoules qui diffusent une lumière froide émettent davantage de lumière bleue, soupçonnée de perturber nos rythmes biologiques, et possiblement, à forte intensité et sous un faisceau direct, d’endommager la rétine. Dans les pièces les plus fréquentées, il est donc conseillé d’utiliser des lampes diffusant une lumière chaude (« blanc chaud » et au-delà).

A savoir. Compte tenu des risques évoqués ci-dessus, il est préférable de réserver les ampoules LEDs à lumière blanche et à faisceau dirigé aux éclairages indirects.

Au doigt et à l’œil

Allumer et éteindre à distance, varier couleurs et ambiances, régler la puissance de l’éclairage… Les ampoules connectées offrent un réel agrément à l’usage, mais à quel prix ?

• Comptez 100 € environ pour un kit comprenant 2 ampoules et un « hub » Wifi à brancher sur la box afin de pouvoir piloter jusqu’à 50 points d’éclairage dans la maison, puis 20 à 60 € par ampoule supplémentaire (Philips Hue).

• D’autres fabricants tels Lifx, Innr, WiZ… proposent des lampes dès 15 €, pour certaines connectées en Wifi, voire compatibles avec Philips Hue, pour d’autres connectées en Bluetooth, et à piloter individuellement via l’appli mobile dédiée.

Usées, on ne les jette pas

On évite la poubelle : LEDs et LFC se déposent à la déchetterie ou en bac de recyclage au supermarché, dans les magasins de bricolage ou spécialisés en électronique. Et tous les distributeurs doivent reprendre les ampoules usagées contre l’achat d’un équipement neuf.

A lire aussi :

Fin des ampoules halogènes : les 3 questions qu’on se pose

Les ampoules LED seraient dangereuses pour nos yeux

Ampoules à filaments : LED mais pas laides !

Source: Femmeactuelle.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page