La peur du coronavirus, un filon rentable pour les hackers

Selon plusieurs agences de cybersécurité internationales, les pirates informatiques profitent de l’anxiété des internautes à propos de l’épidémie pour pousser ceux-ci à cliquer sur des liens et télécharger des pièces jointes.

Hackers et coronavirus

Des agences américaine et britannique de sécurité informatique ont prévenu que les hackers et autres criminels informatiques profitaient de l’épidémie de coronavirus pour accroître leurs opérations.

SAKKMESTERKE/ SCIENCE PHOTO LIBRA/AAT/Science Photo Library via AFP

Des agences américaine et britannique de sécurité informatique ont prévenu que les hackers soutenus par des États et les autres criminels informatiques profitaient de l’épidémie de coronavirus pour accroître leurs opérations.

Les pirates informatiques exploitent aussi la demande de solutions de télétravail

Bien que le volume global des activités malveillantes ne semble pas avoir évolué, disent l’agence américaine de cybersécurité et des infrastructures (CISA) et le centre national britannique de cybersécurité (NCSC) dans une note conjointe, les pirates informatiques profitent de l’anxiété des internautes à propos de l’épidémie pour pousser ceux-ci à cliquer sur des liens et télécharger des pièces jointes. “Les acteurs malveillants utilisent ces temps difficiles pour exploiter et profiter du public et des entreprises”, a déclaré dans un communiqué l’un des dirigeants de la CISA, Bryan Ware. 

Les deux agences ont averti que les pirates informatiques exploitaient aussi la demande croissante de solutions de télétravail pour distribuer leurs outils malveillants en les décrivant comme des logiciels produits en collaboration avec Zoom et Microsoft. Les hackers ciblent aussi les VPN qui permettent à des salariés d’être reliés au réseau de leur entreprise, ont dit la CISA et le NCSC.

Un groupe de défense sur la base du volontariat

Un groupe de 360 volontaires (disposant d’une expertise dans la sécurité informatique) vient d’être constitué dans le but de lutter contre le piratage lié à la pandémie du nouveau coronavirus. Dénommé Covid-19 CTI League (Cyber Threat Intelligence, renseignement sur les menaces informatiques), le groupe réunit des ressortissants de plus d’une quarantaine de pays. Il est notamment composé de professionnels occupant des positions de haut rang dans des sociétés comme Microsoft et Amazon. 

Leur action consisterait notamment à protéger les ressources médicales et à lutter contre les tentatives de phishing qui fleurissent en surfant sur les craintes liées au Covid-19. Le groupe aurait déjà démantelé une campagne de cyberattaque, mais a refusé de fournir des détails.

Source: Sciencesetavenir.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus