ActualitésNouvelles

L’acupuncture dans le traitement des toxicomanies

Publicité

Montréal, 25 octobre 1997 – Les traitements d’acupuncture devraient être reconnus par la Régie de l’assurance-maladie du Québec dans le traitement de la toxicomanie. C’est ce qu’a réclamé, hier, Claudine Larocque, au nom du Syndicat professionnel des acupuncteurs du Québec (SPAQ), affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

À l’appui de sa demande, le SPAQ a fait témoigner le psychiatre américain Michael Smith, un pionnier de l’usage de l’acupuncture dans le traitement de la toxicomanie. L’acupuncture est utilisée depuis 20 ans à la clinique de désintoxication du Lincoln Hospital du Bronx (N.Y.) et on y traite jusqu’à 150 personnes par jour.

Selon le Dr Smith, l’acupuncture calme les patients et les aide à être plus attentifs lors des séances de counselling, en plus de diminuer les symptômes de sevrage. Pour le SPAQ, l’évidence clinique disponible devrait convaincre le ministre de la Santé d’ouvrir les portes des hôpitaux aux acupuncteurs et de faire rembourser leurs traitements par la RAMQ.

À l’heure actuelle, au Québec, aucun traitement d’acupuncture n’est remboursé par le système public de santé.

Publicité


PasseportSanté.net

Montréal, 25 octobre 1997 – Les traitements d’acupuncture devraient être reconnus par la Régie de l’assurance-maladie du Québec dans le traitement de la toxicomanie. C’est ce qu’a réclamé, hier, Claudine Larocque, au nom du Syndicat professionnel des acupuncteurs du Québec (SPAQ), affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

À l’appui de sa demande, le SPAQ a fait témoigner le psychiatre américain Michael Smith, un pionnier de l’usage de l’acupuncture dans le traitement de la toxicomanie. L’acupuncture est utilisée depuis 20 ans à la clinique de désintoxication du Lincoln Hospital du Bronx (N.Y.) et on y traite jusqu’à 150 personnes par jour.

Selon le Dr Smith, l’acupuncture calme les patients et les aide à être plus attentifs lors des séances de counselling, en plus de diminuer les symptômes de sevrage. Pour le SPAQ, l’évidence clinique disponible devrait convaincre le ministre de la Santé d’ouvrir les portes des hôpitaux aux acupuncteurs et de faire rembourser leurs traitements par la RAMQ.

À l’heure actuelle, au Québec, aucun traitement d’acupuncture n’est remboursé par le système public de santé.


PasseportSanté.net

Source: passeportsante.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer