Grossesse

Le diabète gestationnel peut-il découler d’un manque de sommeil ?

Publicité

Une étude américaine a trouvé un lien entre le manque de sommeil pendant la grossesse et un risque accru de diabète gestationnel.

Une étude américaine a trouvé un lien entre le manque de sommeil pendant la grossesse et un risque accru de diabète gestationnel.

Une vaste méta-analyse

Des chercheurs de l’Université d’Illinois (Collège de médecine de Chicago) ont mené une vaste méta-analyse de huit études concernant au total 17 308 femmes enceintes.

Trois études ont demandé aux femmes de rapporter leur durée de

sommeil par nuit, une quatrième la mesurait de façon objective avec un accéléromètre. Les quatre études évaluaient par ailleurs si chaque femme souffrait de

Publicité

diabète gestationnel. 

Les chercheurs ont aussi collecté des données émanant de quatre autres études qui mesuraient la

glycémie de 287 participantes enceintes souffrant de diabète gestationnel et leurs durées de sommeil suivies de façon objective.

Dormir moins de 6 heures par nuit augmente le risque de diabète gestationnel

Après avoir mené leurs analyses, les chercheurs ont trouvé que les femmes qui dormaient en moyenne moins de six heures par nuit enregistraient un risque 1,7 fois supérieur de développer du diabète gestationnel.

De plus, les scientifiques ont noté que dans les études où le sommeil était mesuré de façon objective, les femmes qui dormaient moins de 6,25 heures par nuit avaient un risque 2,84 fois supérieur de développer cette maladie par rapport à celles qui dormaient plus de 6,25 heures.

Les femmes qui dormaient moins enregistraient aussi de forts taux de glucose dans leurs prises de sang.

Première étude mesurant objectivement les critères

« C’est la première méta-analyse à trouver que de courtes nuits mesurées objectivement ou subjectivement étaient associées à une forte glycémie chez la femme enceinte et un risque accru de développer du diabète gestationnel« , a commenté l’auteur de l’étude Sirimon Reutrakul. Il pense que de plus amples recherches sont désormais nécessaires pour déterminer si le fait de prolonger ses nuits pourrait permettre de réduire le risque de diabète chez la femme enceinte.

Risque de développer un diabète de type 2

Le diabète gestationnel tend à se manifester surtout au cours du second ou du troisième trimestre de

grossesse. Même si l’absence de symptômes chez la mère est la norme, et qu’elle retrouve une glycémie normale après la naissance de son enfant, cette maladie peut faire peser un risque plus important de développer un risque de

diabète de type 2 à plus long terme. Le principal risque que pose cette maladie est un poids de naissance important du bébé, supérieur à 4 kg qui entraîne un accouchement difficile. Chez la mère, le diabète gestationnel augmente le risque d’hypertension artérielle

hypertension artérielle.

Cette étude a été publiée dans la revue Sleep Medicine Reviews.

Créé le 18 octobre 2017

Sources :

  • AFP/Relaxnews
  • Reutrakul S, Anothaisintawee T, Herring SJ, Balserak BI et al. Short sleep duration and hyperglycemia in pregnancy: aggregate and individual patient data meta-analysis. Seel Medicine Reviews 2017.09.003 (

    article en ligne).

Source: Doctissimo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page