Santé

Le vitiligo sur une peau noire !

Le vitiligo sur une peau noire !

Le vitiligo est une maladie auto-immune aussi appelé leucodermie ou achromie, survient lorsque les cellules portant les pigments meurent ou sont incapables de fonctionner normalement. Elle se caractérise par des taches blanches sur la peau.

vitiligo sur une peau noire

Aussi fréquent que sur peau blanche, le vitiligo est bien entendu beaucoup plus grave sur peau noire par son retentissement esthétique majeur.

Quelles sont les localisations préférentielles de cette maladie ?

Les localisations préférentielles sont similaires : extrémités, face antérieure des poignets, face antérieure des jambes, tour de la bouche et des yeux, organes génitaux externes.

Quelles sont les formes cliniques qu’on peut observer sur une peau noire ?

Les lésions peuvent se présenter comme sur les peaux blanches : grandes taches arrondies ou polycycliques, totalement blanches, très bien limitées. Mais il existe des formes cliniques trompeuses, particulières à la peau noire :

  • la dépigmentation peut ne pas être totale, les taches étant brun clair et non blanches. En cas de doute, l’apparition d’une achromie totale au cours de l’évolution fera le diagnostic ;
  • il existe des formes trichromes associant des macules totalement dépigmentées à des zones simplement hypopigmentées et à des zones de peau normale ;
  • lorsque le tour des follicules pileux reste pigmenté, les taches de vitiligo prennent un aspect moucheté ;
  • enfin, le vitiligo peut prendre un aspect floconneux mal limité avec des zones hypopigmentées à bordure floue, intriquées avec les zones de peau normale.

Dans tous les cas, la localisation reste évocatrice et il existe souvent des lésions plus classiques sur certaines zones.

C’est quoi le traitement de cette affection ?

Le traitement est très difficile et souvent décevant.

  • Les dermocorticoïdes :

    peuvent être efficaces pour les lésions débutantes, mais ils doivent être appliqués pendant une longue période, ce qui expose aux risques d’atrophie cutanée et de décoloration de la peau périphérique.

  • Les applications d’azote liquide :

    peuvent permettre une repigmentation par migration des mélanocytes à partir des follicules pileux ou des bords des lésions.

  • La Puvathérapie :

    est plus efficace, mais il faut souvent plus de 60 séances avant d’obtenir un résultat acceptable. Les lésions du visage sont heureusement les premières à se repigmenter. En revanche, il faut préparer le patient à l’idée que les atteintes anciennes des doigts sont le plus généralement irrécupérables.

Quels que soient le traitement entrepris et son efficacité, le patient est exposé au risque de nouvelles poussées pendant plusieurs années. La maladie peut cesser d’évoluer spontanément, avec parfois une repigmentation spontanée qui sera rarement complète.

En Relation avec le Sujet

Tags

Sur le même theme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer