Santé

Les adolescents écoutent de moins en moins leur mère, c’est la science qui le dit !

Publicité

Une mère et sa fille sur le canapé

Pourquoi a-t-on un point de côté ?

Supermarché, rayon, client, courses

« L’univers social des enfants se transforme à l’adolescence. Alors que la socialisation des jeunes enfants tourne autour des parents et des personnes qui s’occupent souvent d’eux, l’adolescence est caractérisée par un changement d’orientation sociale vers des membres non-familiaux, un processus d’adaptation qui prépare les adolescents à leur indépendance« , affirme une équipe de chercheurs de l’université Stanford (États-Unis). 

Leurs travaux, publiés le 28 avril dans la revue The Journal of Neuroscience (source 1), indiquent qu’à partir de 13 ans, le cerveau des adolescents (filles et garçons) n’est plus perméable à la voix de leur mère : « Lorsque les jeunes enfants entendent la voix de leur mère, certaines régions de leur cerveau montrent une plus grande activité que lorsqu’ils entendent des voix non-familiales et non-familières. Il est frappant de constater que les adolescents plus âgés présentent l’effet inverse, avec uneactivité accrue pour les voix des membres non-familiaux par rapport à la voix de leur mère », indiquent les travaux. 

Publicité

En cause ? Des changements neurobiologiques ancrés, que les chercheurs doivent encore explorer. 

Le cerveau des ados, plus réceptif aux voix d’inconnus qu’à celle de leur mère

Pour parvenir à cette conclusion, les auteurs ont demandé à des mères de prononcer des mots dénués de sens et de s’enregistrer. Ils ont ensuite fait écouter ces enregistrements à leurs enfants âgés de 7 à 16 ans pendant qu’ils passaient une IRM cérébrale. L’examen a mis en évidence les régions du cerveau qui s’activaient lorsque les participants entendaient les enregistrements.

Les chercheurs ont ensuite diffusé d’autres sons dans lesquels les jeunes volontaires entendaient la voix de personnes inconnues. Résultat ? Les adolescents reconnaissaient toujours avec précision la voix de leur mère, mais à partir d’un certain âge, généralement entre 13 et 14 ans, leur cerveau commençait à moins réagir aux sons émis par leur mère et à être plus réceptif à la voix de personnes qui ne font pas partie de leur famille.

Un phénomène qui confirme la théorie selon laquelle le cerveau se développe pour répondre à un environnement mouvant : au fur et à mesure que l’enfant grandit, il doit apprendre à sociabiliser et son cerveau l’aide dans ce processus, en accordant moins d’attention à sa mère et plus à des inconnus. À bon entendeur !

En vidéo : Les adolescents écoutent de moins en moins leur mère

Source: SanteMagazine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page