Ligue des nations : bousculée, la France s’impose en Croatie (2-1)

Décidément, la Croatie va détester affronter l’Equipe de France. Deux ans après la douloureuse finale de Coupe de monde perdue 4 buts à 2, et un mois après une défaite à Saint-Denis en Ligue des nations – sur le même score –, les Croates ont encore subi le réalisme des Bleus (2-1), mercredi 14 octobre à Zagreb, lors de la quatrième journée de la Ligue des nations.

« On les a presque eus ! », a pesté le sélectionneur croate Zlatko Danic après la rencontre. « On joue contre une équipe qui vaut un milliard d’euros, et qui punit chaque erreur », a-t-il ajouté, un brin dépité. La France a effectivement dompté Luka Modric et ses 6 300 supporters croates, sur un but tardif de Kylian Mbappé, un succès qui maintient les hommes de Didier Deschamps dans la course à la première place avec le Portugal.

Le sélectionneur français avait regretté un manque « d’étincelles » dimanche contre les Portugais (0-0), il trouvera peut-être du réconfort dans la réussite retrouvée de ses joueurs à la veille de souffler ses 52 bougies. Le cadeau d’anniversaire lui a été délivré avec un jour d’avance par ses deux champions du monde Mbappé et Antoine Griezmann, déjà buteurs face aux mêmes Croates en finale de la Coupe du monde 2018.

Pourtant, la victoire des Bleus s’est dessinée dans la douleur dans le stade Maksimir, habituel terrain de jeu du Dinamo Zagreb dont la capacité initiale (35 000 places) a été réduite depuis un tremblement de terre survenu en mars dernier.

« Il ne faut pas croire que parce qu’on est champion du monde, on gagne les matches en claquant des doigts », a analysé Deschamps sur TF1, soulignant « l’état d’esprit » et « le caractère » de ses joueurs.

Au coup d’envoi, le sélectionneur tricolore avait choisi de lancer Anthony Martial, plutôt qu’Olivier Giroud, associant l’avant-centre de Manchester United à Griezmann, dont c’était la 40e sélection consécutive, et Mbappé, engagé dans deux jours avec le Paris-SG en championnat.

Avec N’Golo Kanté préservé en tribune, et Paul Pogba sur le banc, le milieu avait une allure inhabituelle autour du Rennais Steven Nzonzi, associé à Adrien Rabiot et Corentin Tolisso. En défense, Ferland Mendy était expatrié à droite pour laisser le côté gauche à Lucas Digne, autour de la charnière classique par Raphaël Varane et Clément Lenglet.

Si Mbappé a allumé les premières mèches, la lumière est venue d’un débordement du gaucher Mendy qui a pris de vitesse son vis-à-vis pour centrer du pied droit. Sa tentative, repoussée par la défense, a été exploitée parfaitement par Griezmann dont la lourde frappe a fait trembler la barre transversale avant de trouver les filets (8e).

En difficulté au Barça, pas à son niveau contre le Portugal, « Grizou » a fêté son efficacité offensive retrouvée et son 33e but en sélection d’une petite danse.

« Des buts, j’en ai des plus beaux. J’ai tout mis dedans, ça fait du bien. Je me sens bien, le coach sait où me mettre, je profite de cette situation, de cette place, de la confiance du coach et des coéquipiers », se réjouissait le numéro 7 des Bleus.

Même s’il traverse « une période un peu plus compliquée sur le plan offensif, (…) on sait qu’il a cette faculté à répondre présent pour cette équipe de France, soyons patients », avait exhorté la veille Lloris, en bon capitaine et visionnaire.

La prédiction s’est vérifiée, mais cela n’a pas empêché les Bleus de souffrir sous les coups de boutoir des Croates, déterminés à enfin faire mordre la poussière à leur bête noire.

La sélection au damier rouge et blanc n’a rien lâché jusqu’à l’égalisation de Nikola Vlasic (65e) et elle a même crû rééditer la performance à la toute fin du match, mais Lloris s’est imposé sur des frappes (86e, 90e) avant deux dernières sorties aériennes dans le temps additionnel.

Entre-temps, heureusement pour les Bleus, Mbappé avait jailli (79e) sur un superbe centre de volée de Lucas Digne, après un long service de Pogba, pour inscrire le but de la victoire.

« Encore une fois, on a fait les efforts et à 1-1, ça se joue à des détails, ça aurait pu basculer en leur faveur, analysait en fin de match Hugo Lloris. Mais on a fait en sorte, avec un très joli but, de prendre l’avantage et de le garder. Je crois qu’il y a une mentalité de gagnant en équipe de France. On essaie de la cultiver depuis quelques années, à l’image de notre entraîneur. »

Après ce résultat heureux, les Bleus vont pouvoir venir disputer ce qui ressemble à une finale de groupe alléchante le 14 novembre à Lisbonne contre le Portugal, vainqueur 3-0 de la Suède mercredi.

Source: lemonde.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus