Déco

Mai au jardin : quels travaux réaliser ?

Publicité

Entretenir son jardin, ce n’est pas si compliqué… Tant qu’on ne manque pas les rendez-vous importants du moment. Nos conseils détaillés pour bien jardiner au mois de mai.

Puceron, limace… nos astuces pour se protéger des petites bêtes au jardin

Surveillez vos plantes ! Si elles sont attaquées par des pucerons, commencez par les enlever à la main ou vaporisez une solution d’eau et de savon noir sur les plantes infestées. En cas d’attaque plus massive, faites un lâcher de coccinelles, qui raffolent des pucerons (à commander en jardinerie). Ne traitez chimiquement que si la survie de vos plantes est en jeu, ce qui est assez rare ! Attention aussi aux limaces qui se régalent des jeunes pousses tendres. Vous pouvez étaler de la cendre au pied des massifs (mais cela acidifie le sol et ne marche que par temps sec), tenter un paillis de chanvre, des coquilles d’œufs… Méfiance avec la bière, car elle attire aussi les hérissons qui, eux non plus, n’y survivent pas…

Ce qu’il faut faire pour entretenir son jardin en mai

En mai, sortez les plantes ayant passé l’hiver en serre. C’est le cas des lauriers-roses, notamment. Une toilette s’impose alors : coupez les rameaux de l’an passé, qui ne porteront pas de fleurs, et apportez-leur du compost après avoir ôté un peu de terre. Tant que les saints de glace (les 11, 12 et 13 mai) ne sont pas passés, placez-les contre des murs, qui restitueront leur chaleur durant la nuit.

En mai, quelle est la bonne stratégie pour élaborer vos massifs ?

Nos fleurs d’été préférées ? Les rudbeckias, pour leur jaune lumineux et parce qu’ils résistent bien à la sécheresse, et les bidens, jaunes également (très résistants, ils sont même envahissants dans les terres pauvres et sableuses). À moins d’opter pour des compositions en rose et blanc avec cosmos, verveines et lavatères.

Vous cherchez du costaud ? Optez pour un sédum (Sedum spectabile) : il aime le soleil mais se contente d’ombre, ne réclame aucun soin et offre des fleurs couleur vieux rose du mois de juin jusqu’aux gelées.

Publicité

Nos conseils pour composer vos jardinières

A l’ombre, jouez la carte du classique qui marche, comme les impatiens : elles s’étendent facilement et fleurissent l’été ! Pour un résultat lumineux, associez des lierres et panachez des variétés blanches ou rose très pâle. Au soleil, des pélargoniums seront parfaits dans des vasques ou des suspensions et, pour une touche originale, choisissez-les dans un rouge sombre. Ne dédaignez pas non plus le surfinia : très florifère, il vous donnera une cascade de fleurs (à condition d’éliminer celles qui sont fanées au fur et à mesure) et ne craint ni ombre, ni soleil, ni chaleur, ni pluie.

Le dicton du mois de mai

« Averse de mai a plus de pouvoir que dix arrosoirs »

La plante vedette du mois de mai : le pavot d’Orient

© Willemse

On le plante, à racines nues, de septembre à mars, hors période de gel ; en godets, vers septembre-octobre ou mars-avril

Fascinant avec sa délicate corolle pouvant atteindre 25 cm de diamètre, qui se défroisse en s’épanouissant, le pavot d’Orient (Papaver orientale) est d’une rare élégance. Sa floraison est fugace (elle dure 2 à 3 semaines en mai-juin) et laisse place à un fruit très décoratif. Puis il disparaît tout l’été, son feuillage ne repoussant qu’au mois de septembre. Cette vivace exige un très bon ensoleillement mais se contente d’une terre pauvre si elle est bien drainée (gare à l’humidité !) et supporte de grands froids. Attention, s’il vit longtemps, le pavot met du temps à s’installer et déteste être transplanté.

A lire aussi :

Quand faut-il rempoter ses plantes d’intérieur ?

Quelles fleurs planter pour égayer son jardin au printemps ?

Acheter un arbre, un bon investissement ?

Source: Femmeactuelle.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page