Santé

Ménopause : des parlementaires britanniques enfilent des gilets simulant des bouffées de chaleur

Publicité

Un homme et une femme discute lors d'une réunion

S'exposer au soleil quand on a une maladie de peau - Vidéo d'expert

Dépression post-partum : un entretien postnatal précoce est désormais obligatoire

« Volcanique » et « très inconfortable »… La ménopause s’est récemment invitée au parlement britannique. Mardi 28 juin dernier, la députée travailliste Carolyn Harris a fait équiper ses collègues masculins de gilets simulant des bouffées de chaleur. Les heureux élus ont ainsi pu faire l’expérience de symptômes pour le moins inconfortables : une augmentation de la température corporelle, des rougeurs sur le haut du corps, des crises de sueurs, etc. 

L’objectif d’une telle entreprise ? Sensibiliser la gente masculine à la pénurie de traitements hormonaux substitutifs (THS), actuellement en cours au Royaume-Uni. « Les femmes doivent se tourner vers des solutions privées pour quelque chose d’aussi commun que la ménopause, c’est scandaleux », déplore la députée. 

Publicité

« Bienvenue dans mon monde »

Les plaintes des députés ne se sont pas faites attendre. Quelques secondes après avoir enfilé sa veste, le secrétaire d’État à la santé, Wes Streeting, juge l’expérience « profondément désagréable » : « c’est comme une chaleur enveloppante. Je ne sais pas comment je ferais pour continuer à vivre. J’ai hâte d’enlever ça ». Même son de cloche du côté de Stephen Kinnock, ministre de l’immigration, qui décrit une sensation « presque volcanique« .

Imaginez devoir faire un discours à la Chambre des communes et avoir soudainement une bouffée de chaleur. Si les hommes avaient ça, on se plaindrait beaucoup, affirme Wes Streeting

« Bienvenue dans mon monde », rétorque ironiquement la députée Carolyn Harris, co-présidente du groupe de travail sur la ménopause et responsable de l’événement de sensibilisation. « C’était une formidable opportunité de pouvoir faire vivre à mes collègues ce à quoi 51 % de la population fait, ou fera face un jour« , indique-t-elle sur son compte Twitter.

var slotName = « contenu_texte_intercale »,
slotPos = « contenu_texte_intercale6 »,
slotSize = [[‘fluid’], [300, 250]],
refreshSlot = 0,
mappingSizeDefinition = null ;
utils.defineAndRefreshSlot(slotName, slotSize, slotPos, mappingSizeDefinition, refreshSlot);

UNI.prebidContent.push(‘contenu_texte_intercale6’);

Améliorer les conditions de travail des femmes

Face à la pénurie de THS, la députée soutenue par la société de conseil aux femmes ménopausées Over the Bloody Moon et le laboratoire Theramex, demande au gouvernement britannique de relayer la liste complète de médicaments approuvés par les autorités sanitaires dans le cadre des bouffées de chaleur survenant à la ménopause. Ainsi, les médecins pourront les prescrire plus facilement. De son côté, le gouvernement a déjà autorisé les pharmaciens à vendre d’autres médicaments de THS aux femmes « lorsque ceux qui leur avaient été prescrits par leur médecin généraliste ne sont pas disponibles ».

L’enjeu est aussi économique : au Royaume-Uni, selon un rapport de l’association de lutte contre les inégalités de genre Fawcett Society, paru début mai 2022, une salariée sur dix aurait mis un terme à son contrat de travail car elle n’arrivait plus à concilier les symptômes de la ménopause et ses conditions d’emploi. « Nous avons besoin d’air conditionné, de ventilation, d’air frais, d’eau froide. Ce ne sont pas des choses énormes, mais elles sont suffisantes pour faire la différence entre survivre à la journée et la traverser », insiste Carolyn Harris. 

La ménopause est-elle encore taboue ?

Source: SanteMagazine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page