Famille

Pourquoi nous serons tous derrière les Bleus dimanche

Publicité

Pourquoi nous serons tous derrière les Bleus dimanche

Pourquoi nous serons tous derrière les Bleus dimanche
Dimanche 15 juillet, l’Équipe de France de football a rendez-vous avec son histoire en finale de la Coupe du monde. Voici 10 raisons pour lesquelles elle nous fait vibrer. Allez les Bleus!
Dimanche 15 juillet, l’Équipe de France de football a rendez-vous avec son histoire en finale de la Coupe du monde. Voici 10 raisons pour lesquelles elle nous fait vibrer. Allez les Bleus!

• Parce que cette équipe, on l’aime… et ça n’a pas toujours été le cas

Le souvenir douloureux de la Coupe du monde 2010 à Knysna, en Afrique du Sud, avec l’épisode du “bus”, nous a longtemps éloigné des Bleus. En 2018, les joueurs ne sont plus les mêmes et les Bleus sont visiblement heureux d’être ensemble comme en témoignent les photos et les vidéos qu’ils postent sur les réseaux sociaux. Mieux, il s’appuie des valeurs un temps oubliées: humilité, travail, bonne humeur… C’est avec fierté que nous ressortons nos drapeaux tricolores. 

 

Une publication partagée par Benjamin Mendy (@benmendy23) le 8 Juil. 2018 à 9 :45 PDT

• Parce qu’on adore le phénomène Kylian Mbappé 

Véritable coqueluche du public français, le benjamin de la bande ne cesse d’impressionner. Du haut de ses 19 ans, “Kylou” sait tout faire sur un terrain de foot. Rapide, technique et déjà buteurs à trois reprises dans la compétition, il est indispensable à l’équipe alignée par Didier Deschamps. Avec le gamin de Bondy, tous les espoirs sont donc permis. Espérons que l’une de ses fulgurances nous permettra de ramener la coupe dimanche!   

• Parce que Didier Deschamps est un entraîneur hors pair   

Peut-être avez-vous entendu parler de la “chatte à Dédé”, en référence à la bonne étoile supposée du sélectionneur de l’équipe de France. Parfois raillé, souvent dénigré, Didier Deschamps est pourtant en train d’apporter la meilleure des réponses à ses détracteurs. En tant que joueur, il a presque tout gagné, et il semble avoir insufflé cette culture de la victoire en équipe de France. Les Bleus sont presque sur le toit du monde, et leur sélectionneur est loin d’y être étranger. Les Français ne produisent pas le plus beau jeu du mondial, mais ils affichent une solidité sans faille. Didier Deschamps a apporté la cohésion et la rigueur tactique qui nous ont parfois fait défaut par le passé.  

• Pas besoin de comprendre les règles pour apprécier 

Vous ne connaissez pas la règle du hors-jeu? Le football est pour vous aussi incompréhensible que la physique quantique? Ne vous privez pas du match pour autant! Le foot, c’est également du partage, de l’émotion, 90 minutes intenses où l’on passe par tous les états. Le match de dimanche promet d’être un beau spectacle. Si vous ne devez n’en regarder qu’un seul, c’est celui-là. En famille, entre amis, au bar ou dans une fan zone, les possibilités ne manquent pas.   

Publicité

• Parce qu’on a envie de faire la fête

C’est tout un peuple qui sera derrière les Bleus dimanche et il n’y a guère que le football pour fédérer de cette manière. Depuis la qualification en demi-finale, les effusions de joie spontanée se multiplient dans tout le pays.  À chaque fois, des foules se rassemblent pour célébrer nos Bleus comme il se doit. À grands coups de klaxons, de fumigènes, et en chantant “La Marseillaise”, les Français communient, partagent et manifestent toute la joie que l’équipe nationale leur apporte. Les images de liesses sont belles, et on espère que celles de mardi soir ne seront pas les dernières. Parce qu’en cas de victoire, la fête serait magnifique, sûrement digne de celle de 1998.  

• Pour revivre la folie de l’été 1998…

Nous avons tous en tête ce que nous faisions le 12 juillet, avec qui nous avons regardé le match et comment nous avons fêté la victoire. Vingt ans après, nous sommes à 90 minutes de connaître à nouveau cette ivresse. La promesse des émotions d’hier retrouvée, l’envie que les plus jeunes qui n’ont pas vécu 1998 voient enfin à quoi ressemble un pays qui chavire un soir d’été… Plus que jamais, notre cœur sera bleu-blanc-rouge dimanche 15 juillet aux alentours de 17 heures.

• Parce qu’il y a des signes qui ne trompent pas…

Depuis le début, le parcours des Bleus nous rappelle celui des coéquipiers de Zidane en 1998. Des matchs de poule pas forcément convaincants (le groupe C, comme en 1998), des buts marqués par des défenseurs (Benjamin Pavard, Raphaël Varane, Samuel Umtiti) comme en 1998 (Laurent Blanc, Lilian Thuram…) ou encore un gardien de but, Hugo Lloris, au sommet de son art, comme Fabien Barthez il y a vingt ans. Olivier Giroud, notre attaquant, reste muet? Souvenons-nous de Stéphane Guivarc’h, en 1998, qui n’a inscrit aucun but. Vous avez encore besoin d’être rassuré? Après le bisou de Laurent Blanc sur le crâne de Fabien Barthez avant chaque match lors du mondial en France, les coéquipiers d’Antoine Griezmann ont trouvé leur porte-bonheur: toucher les moustaches d’Adil Rami. Pourvu que ça dure! 

• Parce que le finale perdue à l’Euro 2016 est dans toutes les têtes 

Didier Deschamps l’a évoquée dès le coup de sifflet final du match gagné contre les Belges: “La finale d’il y a deux ans n’est toujours pas digérée.” Paul Pogba, présent sur le terrain en 2016, également: “On a eu la chance d’être en finale de l’Euro. On est passé à côté d’un truc merveilleux. On ne veut vraiment pas laisser passer cette chance-là. Une motivation de plus pour gagner le match de dimanche? Assurément! 

• Parce que les Croates vont bien finir par être fatigués…

Nos adversaires en finale ont joué trois prolongations (3 x 30 minutes) lors de leurs derniers matchs soit l’équivalent… d’un match en plus! Si cela va forcément souder leur groupe serait-il chauvin d’espérer qu’ils soient trop émoussés pour canaliser les Bleus? Sans compter qu’ils auront eu un jour de repos en moins… 

• Parce qu’Aimé Jacquet le dit depuis le début…

Et s’il y en a bien un qui sait voir le potentiel d’une équipe  avant tout le monde, c’est bien le sélectionneur de l’Équipe championne du monde en 1998. En mai 2018, il déclare sur Radio Scoop: “Avec la qualité de ce groupe, s’ils arrivent à produire leur meilleur football au bon moment et tous en même temps, je peux vous dire que la France sera une des meilleures équipes de la Coupe du Monde”. En juin, il poursuit ses prévisions dans le Parisien: “Il va forcément se passer quelque chose de formidable” et sur RMC: ” La France ira au bout. Tout est mis en place et les connaissances de cette équipe me permettent de dire qu’elle a tout pour gagner.” Les Bleus ont 90 minutes pour lui donner raison.

Finale de la Coupe du monde: Dimanche 15 juillet à 17 heures, sur TF1.

À lire aussi: 

Quiz: connaissez-vous le langage du football? 

 

 

Source: Notretemps.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page