Prévention des AVC: prenez votre pouls!

Prévention des AVC: prenez votre pouls!

Prévention des AVC: prenez votre pouls!
Une mesure simple – prendre son pouls – peut aider à se protéger d’un accident vasculaire cérébral en repérant un facteur de risque méconnu: l’arythmie cardiaque.
Une mesure simple – prendre son pouls – peut aider à se protéger d’un accident vasculaire cérébral en repérant un facteur de risque méconnu: l’arythmie cardiaque.

Comment prévenir les accidents vasculaires cérébraux (AVC)? Rappelons que l’AVC est une urgence médicale: en cas de doute (paralysie partielle, engourdissement, trouble de la parole, de la vision…), contacter le 15. Parmi les mesures pour se protéger: prendre son pouls.

Pourquoi prendre son pouls?
Pour vérifier que les battements de notre cœur sont réguliers comme le tic-tac d’une horloge. Si ce n’est pas le cas, si le cœur bat irrégulièrement ou s’il s’emballe, il faut le faire contrôler par un médecin. Il peut s’agir d’une fibrillation atriale (ou fibrillation auriculaire) qui multiplie par cinq le risque d’AVC et est responsable des accidents les plus lourds en séquelles. 

Comment prendre son pouls?
Il suffit de poser un ou deux doigts au niveau du cou (pouls carotidien) en dessous de l’oreille ou au creux du poignet (pouls radial) au niveau du bracelet-montre.

Quel est le lien entre arythmie cardiaque et AVC?
La fibrillation atriale (FA) est le trouble du rythme le plus fréquent. 750 000 personnes sont touchées en France. En empêchant le cœur de se contracter efficacement, elle entraîne une stagnation du sang et la formation de caillots. Ces caillots sanguins vont venir boucher un vaisseau, provoquant un AVC. 

Comment soigner un trouble du rythme?
– En recherchant sa cause (hypertension, obésité, diabète, hyperthyroïdie, apnée du sommeil)
– Avec un traitement médicamenteux: bien prescrits et bien surveillés, les anticoagulants (AVK anti vitamine K ou AOD anticoagulant oral direct) fluidifient le sang, ce qui empêche la formation de caillots.
– En évitant les excitants (alcool, drogues, sports extrêmes…).

Sur quels autres facteurs de risque de l’AVC est-il possible d’agir?
– L’hypertension artérielle, qui rigidifie les artères.
– L’excès de cholestérol (dépôt de graisse dans les artères).
– Le diabète, qui rétrécit les artères.
– Le tabac (en arrêtant de fumer, le niveau de risque redevient celui d’un non-fumeur).
– La sédentarité qui entretient la tonicité des artères.
– Une alimentation trop grasse, sucrée, salée et l’excès d’alcool.

Aux premiers signes d’AVC, démarrer un traitement en moins de quatre heures et demi limite les risques de séquelles et de décès.

Source: Notretemps.com

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus