Prime de risque coronavirus en Wallonie : motion non votée mais la porte est ouverte, se réjouit le cdH

Le cdH a remis sur le tapis, mercredi, son idée de prime de risque pour les travailleurs des établissements de soins régionaux, déposant une motion en ce sens en marge de la séance plénière du Parlement de Wallonie consacrée à la crise du coronavirus et à sa gestion par l’exécutif régional. Le texte n’a finalement pas été voté mais “pour la première fois, la majorité a rejoint notre position“, s’est félicité en fin de séance le chef de groupe du cdH au Parlement wallon, François Desquesnes.

Interpellé par les députés humanistes sur la possibilité d’une telle prime, le ministre-président Elio Di Rupo avait répondu, durant les débats, “pourquoi pas ? “.

A l’heure des votes, la motion du cdH n’a pourtant pas été soumise à la sanction des députés, la jurisprudence du parlement régional stipulant qu’en présence de plusieurs motions portant sur le même sujet, c’est la plus large qui l’emporte. C’est donc le texte de la majorité qui a été approuvé, malgré la tentative – vaine – de l’opposition de demander la priorité.

Nous avons refusé cette priorité car le cdH veut fermer le débat alors que le gouvernement a dit que les discussions sont en cours“, a expliqué le député Ecolo Stéphane Hazée.


►►►  : Coronavirus : la prime de 2000 euros au secteur créatif et culturel se concrétise à Bruxelles


S’opposant également à la priorité réclamée par les humanistes, le chef de groupe du PS au Parlement wallon, André Frédéric, a toutefois assuré qu’il s’engagerait “à faire en sorte que la porte – entrouverte par Elio Di Rupo – s’ouvre complètement“.

Notre motion n’a effectivement pas été votée mais pour la première fois, la majorité a rejoint notre position. On peut donc affirmer qu’il y aura une prime. Maintenant, c’est au gouvernement d’en définir les modalités“, a pour sa part souligné François Desquesnes. “Le débat a au moins permis d’avoir une position claire de tous les groupes“, a-t-il ajouté.

Dans sa motion, le cdH appelait l’exécutif régional à libérer une enveloppe supplémentaire afin d’accorder une prime de risque de 300 euros aux 60.000 travailleurs – personnel soignant, éducateurs, travailleurs en charge du nettoyage… – des établissements de soins, des centres pour personnes handicapées ou encore des maisons de repos relevant des compétences de la Région.

Source: rtbf.be

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus