Santé

Quelles sont les affections spécifiques de la peau noire ?

Quelles sont les affections spécifiques de la peau noire ?

Un certain nombre de dermatoses n’apparaissent quasiment que sur les peaux noires :

  • Dermatosis papulosa nigra :

    Ces petites papules lisses, brun sombre, bien limitées, sont très fréquentes, atteignant près de 70{0863525a329c0ca63a38ea1dd0633a408f0eaf75a331a44b57d0d3f643657372} des patients après 50 ans.

Dermatosis papulosa nigra

Elles commencent à apparaître dans l’enfance et augmentent en nombre et en taille avec les années.

Elles touchent principalement le visage en particulier les pommettes et les tempes, mais aussi le cou et le décolleté. Les femmes sont beaucoup plus atteintes que les hommes.

Il n’y a aucun risque de transformation maligne.

Le traitement a un but purement esthétique. Il repose sur les applications d’azote liquide ou l’électrocoagulation, pratiquée avec prudence pour éviter les dyschromies post-thérapeutiques.

  • Chéloïdes spontanées :

    Les cicatrices chéloïdes ne sont pas spécifiques des peaux noires, bien qu’elles soient beaucoup plus fréquentes que sur les peaux blanches.

Chéloïdes spontanées

En revanche, les chéloïdes spontanées ne se voient que sur les peaux pigmentées. Elles apparaissent spontanément, surtout chez l’adulte jeune, sur le décolleté ou plus rarement sur les épaules.

Ce sont des tuméfactions lisses, bien limitées, dures ou fermes à la palpation. Elles sont généralement plus sombres que la peau normale.

L’évolution est marquée par une extension progressive en « galette » ou en « pinces de crabe », puis une stabilisation sans aucune tendance à la régression.

  • Kératodermie ponctuée palmaire :

    Il s’agit de petites dépressions des plis de flexion de la main et des doigts, arrondies, d’aspect kératosique.

Kératodermie ponctuée palmaire

Elles débutent chez l’adulte jeune, avec un caractère souvent familial, et augmentent avec l’âge.

Il ne faut pas les confondre avec une kératodermie palmaire d’autre cause (eczéma, lichen, etc.).

  • Aïnhum :

    Cette pathologie très rare ne se rencontre que chez les Africains. Une fissure douloureuse bilatérale apparaît sous un ou plusieurs orteils et évolue en plusieurs années vers une bande fibreuse annulaire constrictive de l’orteil, qui aboutit à terme à sa chute.

Aïnhum

Le dernier orteil est le plus souvent touché. Au début, la fissure peut être prise pour une dermatophytie, mais l’échec des traitements antimycosiques doit y faire penser. Au stade de striction, il faut éliminer les

pseudo-aïnhums liés aux neuropathies : lèpre, diabète ou alcoolisme. La chirurgie permet parfois de libérer l’orteil.

  • Pseudofolliculite de la barbe :

    Il ne s’agit pas à proprement parler d’une pathologie spécifique, car elle survient dans toutes les races chez les hommes à barbe dure.

Elle est cependant beaucoup plus fréquente et grave chez les Afro-Antillais, avec un potentiel évolutif spécifique.

Dès les premiers rasages, des papules et des pustules se manifestent lors de la repousse. Les lésions sont surtout localisées sous les rebords maxillaires, mais touchent parfois toute la barbe.

À chaque rasage les lésions récidivent, avec une augmentation progressive du nombre et de la taille des papules. Lorsque le patient arrête le rasage pendant 1 ou 2 semaines, les lésions diminuent, mais les papules fibreuses peuvent persister plusieurs mois.

En Relation avec le Sujet

Tags

Sur le même theme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer