Femme

Sexe du bébé : à partir de quand peut-on le connaître ?

Publicité

Pour connaître le sexe de son bébé de manière fiable, il faut attendre un certain délai. Traditionnellement, le développement du fœtus permet de savoir si c’est une fille ou un garçon pendant la deuxième échographie de grossesse.

Fille ou garçon ? Pour les parents qui ne souhaitent pas garder la surprise jusqu’à la naissance de leur bébé, il est possible de connaître leur sexe pendant la grossesse. Choix du prénom, achat des vêtements, décoration de la chambre, organisation d’une baby shower… Cette information permet de tout mettre en œuvre avant l’arrivée du bébé pour ceux et celles qui aimeraient adapter leurs choix en fonction du sexe du nourrisson, ou tout simplement de se projeter. Mais quand est-ce possible ?

À partir de quand peut-on connaître le sexe de son bébé ?

Il n’est pas possible de connaître le sexe du bébé avant la huitième semaine de grossesse (ou environ dix semaines d’aménorrhée), pour une raison très simple : l’embryon n’est pas assez formé avant ce délai, et aucun indice ne laisse transparaître son sexe. Au bout de deux mois de grossesse, le tubercule génital –ou bourgeon génital– apparaît : c’est une petite excroissance qui se forme au niveau de la région pelvienne fœtale. Chez les filles, les ovaires commencent à descendre dans l’abdomen. Chez les garçons, le pénis apparaît environ à la douzième semaine d’aménorrhée. À la première échographie de grossesse, entre onze et quatorze semaines d’aménorrhée, il est donc possible de savoir si le bébé sera une fille ou un garçon, si les parents le demandent.

Toutefois, si c’est techniquement réalisable, rares sont les professionnels à dévoiler le sexe de l’enfant à ce moment-là, par principe de précaution ou parce qu’ils n’y sont pas tous entraînés. Les conditions doivent aussi être optimales pour obtenir cette révélation aussi tôt : le fœtus doit être bien positionné –ni de profil ni de dos–, les ultrasons doivent bien passer à travers la paroi maternelle, et le terme de grossesse doit être supérieur à 12,5 semaines d’aménorrhée. Les professionnels qui le font émettent donc des réserves lorsqu’ils annoncent le sexe d’un bébé, car ils ne peuvent pas encore en être sûrs à 100%. « A 13 ou 14 semaines, on peut distinguer le sexe du bébé si l’on a le bon matériel, l’expérience et beaucoup de chance. Mais les risques de se tromper sont encore trop importants« , fait savoir la sage-femme Anne-Marie Mouton, interrogée par la Caisse d’allocations familiales.

Le résultat est plus fiable à la deuxième échographie, à environ 22 semaines d’aménorrhée, car les preuves sont plus visibles. On peut y connaître le sexe du fœtus, mais ce n’est pas son but principal : elle permet surtout de détecter d’éventuelles anomalies ou malformations et de s’assurer que les échanges avec la maman se passent bien en observant le placenta, mais aussi de vérifier que le bébé se développe comme prévu, de contrôler son squelette, son poids, son crâne, ses organes.

Publicité

Quelle méthode pour découvrir le sexe de son bébé ?

L’unique méthode prouvée scientifiquement pour connaître le sexe du bébé est l’échographie –à noter que les professionnels de santé qui proposent l’examen ne sont pas à l’abri d’une erreur, même si cela reste rare. Il existe aussi d’autres façons de le découvrir : des légendes et mythes auxquels beaucoup croient, selon leurs origines ou leurs sensibilités spirituelles. Certains pensent par exemple qu’une femme enceinte qui a des envies alimentaires sucrées accouchera d’une fille, alors qu’une future maman qui a des envies salées aura un garçon. Les nausées matinales au début de la grossesse indiqueraient aussi qu’une fille arrivera bientôt.

La forme du ventre donnerait aussi des indices : rond et pointu, il signifierait que le fœtus est de sexe masculin ; rond et bas, il voudrait dire qu’il est de sexe féminin. Si la ligne brune dépasse le nombril, une fille pourrait bientôt être accueillie dans la famille. Selon la méthode Ramzi –contestée par la communauté scientifique pour sa méthodologie et les qualifications professionnelles de son créateur–, dans les cas où le placenta serait placé à droite de l’utérus, un garçon serait attendu.

Des croyances qui ne tiennent aucun fondement scientifique, mais qui alimentent les pronostics des proches des futurs parents, le temps d’être assurés du sexe du bébé en bonne et due forme, après avoir consulté un professionnel. Ou de faire monter le suspense, pour ceux qui préfèrent découvrir le sexe de leur enfant au dernier moment. Une chance sur deux.

Sources :

Le livre de bord de la future maman, de Marie-Claude Delahaye, publié le 6 janvier 2016 aux éditions Marabout.

Le Petit Larousse des futures mamans, d’Anne Théau, publié le 5 janvier 2022 aux éditions Larousse.

Vis ma vie avec un utérus, d’Emmanuelle Friedmann, publié le 27 février 2019 aux éditions Pygmalion.

Connaître le sexe du bébé : la magie de l’échographie, publié le 28 septembre 2017, Caisse d’allocations familiales.

À lire aussi :

Prématurité : à partir de quelle semaine de grossesse un bébé prématuré est-il viable ?

Accouchement prématuré : causes, déroulement et prise en charge des bébés nés trop tôt

Carnet de grossesse (carnet de santé maternité) : à quoi sert-il et comment l’obtenir ?

Source: Femmeactuelle.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page