Nutrition

Sinusite ou rhume, comment faire la différence ?

Publicité

Sinusite ou rhume, comment faire la différence ?

Congestion nasale, écoulement nasal, légère fièvre… Les symptômes d’un rhume et d’une sinusite (d’origine virale ou bactérienne) peuvent prêter à confusion. Comment éviter les erreurs d’autodiagnostic ? 

“Dès qu’ils ont un peu mal à l’intérieur du nez, ou qu’ils mouchent plus épais, certains patients pensent qu’ils font une sinusite, indique le Dr Jean Marc Juvanon, médecin ORL. Seulement, ils utilisent ce terme de façon abusive et souffrent le plus souvent d’un gros rhume”.  

Il est important de bien différencier ces deux maladies pour mettre en place un traitement adapté et limiter le risque de complications. Si les antibiotiques sont parfois utiles selon la cause de la sinusite, ils ne servent à rien en cas de rhume, une maladie qui se résout d’elle-même en quelques jours. 

Peut-on vraiment différencier les symptômes du rhume et de la sinusite ?

Avant toute chose, il faut rappeler que le rhume est une maladie virale qui peut entraîner une inflammation au niveau des muqueuses respiratoires (nez et des sinus). Le nez se bouche, coule, on a parfois un peu de fièvre, des maux de tête, on est plus fatigué… Mais en moins d’une semaine, les symptômes s’estompent d’eux-mêmes. Une petite toux peut persister, de même que des troubles de l’odorat (si le nez est très bouché).

Publicité

Dans le cas d’une sinusite, les symptômes sont plus durables et l’atteinte de la muqueuse est plus prononcée. “Le patient présente une congestion nasale avec un écoulement clair ou purulent des deux narines, une douleur au niveau des sinus, parfois des maux de tête diffus et peut éventuellement présenter des troubles de l’odorat. Dans certains cas, on constate aussi la présence de pus dans les cavités sinusiennes et de polypes (excroissances tumorales bénignes)”. 

Pour rappel : les sinus sont de petite cavités remplies d’air, situées autour du nez. Il existe quatre groupes de sinus : maxillaires (situés au niveau des joues), ethmoïdaux (situés de chaque côté de la cavité nasale), frontaux (situés au-dessus des sourcils) ou sphénoïdaux ( situés derrière les sinus ethmoïdaux).

Si un rhume ne guérit pas au bout d’une dizaine de jours, ou que ses symptômes s’accentuent, il faut consulter un médecin. Les sinus peuvent être atteints par contiguïté”, insiste le Dr Juvanon.

La sinusite est-elle forcément la conséquence d’un rhume ?

La sinusite aiguë est plus souvent d’origine virale et succède à une inflammation des fosses nasales. Mais elle peut aussi être d’origine bactérienne : les muqueuses des sinus enflent, ce qui ralentit, voire obstrue, leur drainage et risque de provoquer une surinfection bactérienne. Le plus souvent elle affecte les sinus maxillaires et dure environ 2 semaines.

“Le rhume peut évoluer vers une sinusite, mais certaines sinusites, dites chroniques, sont liées à des maladies propres aux sinus, qui peuvent se remplir de pus, de mycoses, de polypes, etc.” 

Allergies, polype, tabagisme… d’autres facteurs de risque 

Les sinusites chroniques peuvent durer plus de trois mois et survenir plusieurs fois par an. Elles peuvent être favorisées par : 

  • une allergie aux acariens ou au pollen
  • la présence de polypes, 
  • une infection dentaire, 
  • des facteurs environnementaux (pollution, fumée de tabac), 
  • une prédisposition génétique,
  • etc.

Il faut y être particulièrement attentif, et traiter rapidement la cause pour éviter qu’elles évoluent en sinusites aiguës. 

Le diagnostic doit être confirmé par un médecin

Le diagnostic de la sinusite doit être posé par un médecin : “Lorsqu’ils mouchent un peu épais ou qu’ils ont des douleurs, les patients s’imaginent souvent avec une sinusite. Mais pour établir un diagnostic précis, le médecin s’appuie sur les symptômes cliniques et sur l’observation des sinus, en appliquant parfois un produit vasoconstricteur pour y voir plus clair. Un scanner peut parfois être nécessaire pour préciser le diagnostic.

La complexité, c’est que chez un patient enrhumé, on peut aussi observer des anomalies au niveau des sinus : la muqueuse risque d’être un peu gonflée, mais il n’y aura pas d’infection”, précise le Dr Jean Marc Juvanon. 

À noter : les enfants font très peu de sinusites. Pour cause ? “Leurs sinus sont peu développés. À l’occasion d’une rhinopharyngite, souvent d’origine virale, les sinus de l’enfant vont apparaître opaques, et pour autant, ils ne souffriront pas d’une sinusite”, ajoute le médecin.

Rhume ou sinusite : quelles différences de traitements ?

  • Pour traiter le rhume, on mise principalement sur le repos et l’hydratation. Des inhalations humides peuvent aussi permettre d’apaiser les muqueuses. La prise de paracétamol permet éventuellement de calmer la fièvre. Les lavages de nez au sérum physiologique peuvent être efficaces. Quant aux vasoconstricteurs décongestionnants (qui vont permettre aux sinus de rester ouverts), “ils doivent être pris avec beaucoup de précautions en raison de leurs effets secondaires“. 
  • Dans le cas d’une sinusite virale, le traitement est le même que celui du rhume.
  • En revanche, lorsque la sinusite est d’origine bactérienne, avec des douleurs importantes, un médecin pourra vous prescrire des antibiotiques pour accélérer le processus de guérison. Le traitement dure généralement 7 à 10 jours. 

Quelles sont les complications possibles ?

Les complications du rhume 

“La plupart des temps, les rhumes guérissent d’eux-mêmes en moins d’une semaine : notre corps fabrique rapidement les anticorps et les complications sont rares. Néanmoins, si la muqueuse est très inflammée, ou que les défenses immunitaires sont amoindries, il peut se compliquer en otite (surtout chez les enfants), en bronchite, en sinusite, voire en trachéite.   

Les personnes asthmatiques, les insuffisants respiratoires, les enfants, les sujets âgés et les fumeurs ont plus de risque de développer une surinfection bactérienne.

Les complications de la sinusite 

Une sinusite non traitée peut entraîner des complications graves. Notamment des complications oculaires (les plus communes). Une infection peut s’étendre aux tissus entourant l’œil et causer des troubles de la vision, voire un œdème autour de l’œil et des rougeurs au niveau des paupières. 

Chez les enfants il faut faire particulièrement attention à l’ethmoïdite. Cette complication survient généralement entre 2 et 5 ans à la suite d’une rhinopharyngite banale. Les sinus ethmoïdaux se remplissent de pus, l’œil gonfle et l’infection atteint petit à petit l’orbite. Il faut agir vite et traiter l’infection à l’aide d’antiseptiques. Dans certains cas, l’enfant peut être hospitalisé et une opération peut être envisagée. 

Plus rarement, l’infection peut s’étendre aux tissus entourant le cerveau, provoquant une méningite, des céphalées sévères et une grande confusion. 

Comment prévenir le rhume ou la sinusite ?

La meilleure prévention de la sinusite est de traiter le rhume.

Quant au rhume (souvent occasionnés par des rhinovirus), la seule façon de les prévenir est de respecter les gestes barrières. Les cures de vitamines ou d’oligo-éléments ne peuvent pas faire de mal, mais “en pratique, lorsqu’on est exposé à un virus, l’infection se déclenche, que l’on manque ou non de défenses immunitaires”, prévient le Dr Jean Marc Juvanon.

Gestes barrière hiver

© ministère des Solidarités et de la Santé

“C’est presque inéluctable que les enfants dans leur premières années de scolarité n’attrapent pas de rhumes, d’otites, etc. La prévention est beaucoup plus compliquée car ils respectent moins la distanciation et les gestes barrière. Lorsqu’ils évoluent collectivité, il est presque impossible de prévenir les récidives. C’est un passage obligé, jusqu’à ce qu’ils aient fini de constituer leur stock d’anticorps”. 

Certaines habitudes permettent néanmoins de réduire les risques : 

  • Veillez à ce que la température ne dépasse pas les 20 °C dans les chambres et les pièces de vie principales.
  • Si l’air est sec, n’hésitez pas à utiliser des humidificateurs ;
  • Mouchez-vous correctement (une narine après l’autre) ;
  • Limitez votre exposition au tabac.
Source: SanteMagazine.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page