Soigner naturellement les mycoses grâce à l’huile de coco

Soigner naturellement les mycoses grâce à l’huile de coco

Du point de la vue de la santé, l’huile de coco est sûrement plus intéressante pour traiter la peau ou les muqueuses que dans l’assiette. Antifongique et anti-bactérienne, elle permet notamment de venir à bout des mycoses des ongles, de la bouche, ou encore des mycoses vaginales.

Dans l’assiette, l’huile de coco est un concentré d’acides gras saturés, de ceux qu’il convient de limiter pour ne pas obturer ses artères. Sur la peau en revanche, elle est précieuse parce que nourrissante et truffée de vitamines bénéfiques. Ses acides gras, et en particulier l’acide caprylique et l’acide laurique (son principal composant), influencent défavorablement le destin des mycoses.

Utiliser l’huile de coco pour soulager les mycoses de la peau

À l’origine des mycoses de la peau : les dermatophytes, des champignons qui s’installent dans les plis, petits ou grands, moites et chauds. Entre les orteils, essentiellement entre les 3-4e  et 4-5e, là où l’espace est le plus confiné, Trichophyton rubrum peut proliférer et coloniser les autres espaces interorteils, puis la plante du pied si on ne l’arrête pas.  À l’œil, on voit des squames, des rougeurs, des fissures, qui en plus, démangent. 

Mode d’emploi 

Pour empêcher l’extension d’un pied d’athlète ou traiter une amorce de mycose unguéale, « la combinaison la plus judicieuse est l’huile de coco (30 ml) avec 30 gouttes de chaque huile essentielle (HE) : arbre à thé, lemongrass et cannelier de Ceylan, à raison de 2 applications par jour », suggère le Dr Patrick Aubé, médecin-phytothérapeute. 

Utiliser l’huile de coco pour soulager les mycoses des ongles

Une fois sur deux, si l’ongle est en partie jauni, épaissi et/ou fendillé, c’est qu’il abrite un champignon, le même qui fait muer entre les orteils. L’onychomycose est souvent la complication d’un pied d’athlète négligé.

Mode d’emploi

Pour empêcher l’extension d’un pied d’athlète ou traiter une amorce de mycose unguéale, « la combinaison la plus judicieuse est ici l’huile de coco (30 ml) avec 30 gouttes de chaque HE : arbre à thé, lemongrass et cannelier de Ceylan, à raison de 2 applications par jour », recommande encore le Dr Aubé. 

Précaution : il faut soigner l’ongle le plus vite possible, chaque millimètre d’ongle perdu se comptant en semaine de traitement supplémentaire. Mieux vaut donc prendre l’avis de son médecin, qui décidera du traitement, sous forme d’un vernis filmogène à poser sur l’ongle coupé ras, une fois par jour ou deux fois par semaine selon le produit pendant plusieurs mois : il stérilise la tablette unguéale de la surface vers la profondeur.

Utiliser l’huile de coco pour soulager les mycoses buccales

Les mycoses buccales surviennent en général à cause de blessures liées à un appareil dentaire, au tabagisme ou à certains traitements, médicaments de l’asthme et anticancéreux notamment. Elles se manifestent par un muguet, des petits dépôts blanchâtres sur la muqueuse des joues, qui picotent et brûlent au passage des aliments ; ou par une langue noire.

Mode d’emploi

Un bain de bouche deux fois par jour d’une cuillerée à café d’huile de coco avec un mélange d’HE de bois de rose et de menthe poivrée (une goutte de chaque), à “faire circuler” dans la bouche 10 à 15 min SANS AVALER. En prévention comme en soin.

Utiliser l’huile de coco pour soulager les mycoses vaginales

Si le vagin est en bonne santé, c’est grâce à sa flore bactérienne, des lactobacilles (entre 100 000 et 1 million/ml de sécrétions vaginales) qui préservent son acidité, empêchant ainsi le développement de germes pathogènes. Un traitement antibiotique pris pour une infection urinaire par exemple peut déséquilibrer cette flore protectrice ; tout comme des variations hormonales, une hygiène intime excessive ou inadaptée, le tabagisme (qui réduit le taux circulant d’estrogène), ainsi que le stress.

Conséquence : des champignons (des Candida albicans, le plus souvent) se multiplient et causent des démangeaisons intenses de l’extérieur de la vulve, mais aussi des pertes blanches.

Mode d’emploi

Une toilette vulvaire avec une compresse imprégnée d’huile de coco 2 fois par jour ou un produit de toilette spécifiquement formulé, adapté à ce pH acide, pour les femmes les plus vulnérables et en prévention, en cas de prise d’antibiotiques notamment.

Quelle différence entre l’huile de coco et l’huile de coprah ?

L’une et l’autre sont fabriquées à partir de l’albumen de la noix, la partie blanche que l’on croque crue, l’été. 

  • L’huile de coco est extraite de la pulpe fraîche, qui est râpée, puis pressée à froid ; on laisse au repos le liquide laiteux ainsi obtenu, avant d’en prélever l’huile en surface.
  • Quant à l’huile de coprah, son extraction est industrielle, à partir de la pulpe séchée de noix de coco. Avec les fleurs de tiaré, elle compose le monoï.

En vidéo : Les mycoses vaginales sont-elles contagieuses ?

Chargement de votre vidéo…
Source: SanteMagazine.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus