En ce Moment

Tous les enfants ne pourront pas « retrouver le chemin de l’école » le 11 mai, prévient la maire de Nantes, qui dénonce « le flou du côté de l’Etat »

Publicité

« Il ne faut pas laisser croire aux Français que tous les petits écoliers vont pouvoir reprendre le chemin de l’école« , dès le 11 mai, a estimé Johanna Rolland, invitée de France Inter samedi 2 mai. La maire socialiste de Nantes répondait aux propos du ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer qui affirme que « la majorité des écoles rouvrira partout sur le territoire » le 11 mai. D’après Johanna Rolland, cette rentrée des écoles « n’est pas possible » partout « si on veut respecter correctement les normes sanitaires ».

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct

Le gouvernement a fixé la jauge maximale à 15 enfants par classe, dans le cadre de son plan de déconfinement, en raison de la pandémie de coronavirus. Jean-Michel Blanquer a rappelé que les classes de CP et CE1 en REP et REP+ (réseau d’éducation prioritaire), soit 300 000 élèves, « vont pouvoir rouvrir très vite, car les classes sont de douze élèves ».

« Mon état d’esprit, c’est de commencer à rouvrir les écoles, mais je crois qu’il faut se dire que cette réouverture sera progressive », explique l’élue nantaise.

La ligne que j’ai donnée à mes équipes, c’est que nous ne prendrons aucun risque ni pour les enfants, ni pour les enseignants.Johanna Rollandà franceinfo

Publicité

La maire de Nantes a critiqué le « flou du côté de l’Etat » sur la rentrée scolaire. « Beaucoup de villes s’étaient organisées en fonction des premières annonces du ministre de l’Education nationale, qui nous avait dit que rentreraient à l’école les CP, les CE1 et les CM2. Quelques jours après, changement de programme, le Premier ministre n’a pas retenu ces orientations. Pendant ce temps-là, ce sont des milliers de communes dans ce pays qui ont planché sur un plan, qu’il faut revoir », déplore-t-elle.

D’après la maire de Nantes, « il faut absolument se tenir à un cap clair (…) en matière de gestion de crise ». « S’il y a des endroits où l’on ne peut pas faire, nous le dirons, très simplement. La transparence est un enjeu absolument essentiel », a-t-elle conclu.

Source: francetvinfo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page