Une piste pour soigner la dépression saisonnière à long terme

Des chercheurs américains ont adapté le traitement par thérapie cognitivo-comportementale au trouble affectif saisonnier. Les résultats sont encourageants.

Une piste pour soigner la dépression saisonnière à long terme

Des exercices pour travailler le cardio

Vaccin, injection, Pfizer-BioNTech

La lumière du soleil permet de synchroniser notre horloge interne et réguler nos hormones. Quand cette horloge ne fonctionne plus à cause du manque d’ensoleillement, la sécrétion de mélatonine est déréglée et nous pouvons souffrir de trouble affectif saisonnier, ou dépression saisonnière. Les symptômes vont du changement d’humeur à la dépression sévère, en passant par une prise de poids et une augmentation des heures de sommeil. Ils peuvent durer du mois d’octobre jusqu’au mois d’avril.

Habituellement, les patients se voient prescrire des antidépresseurs ou des séances de luminothérapie pour soigner ce trouble. Or, près de deux tiers des personnes concernées abandonnent la luminothérapie après la première séance. Mais une autre méthode, la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) semble donner des résultats tout aussi efficaces sur le court terme, et encore plus sur le long terme.

Moins de rechutes l’hiver suivant

La TCC, utilisée jusqu’ici pour traiter la dépression “classique”, repose sur une technique de remplacement des schémas de pensée négatifs par des réactions plus adaptées à la réalité. Dans une étude publiée par la revue The American Journal of Psychiatry, des chercheurs de l’université du Vermont, aux Etats-Unis, expliquent avoir adapté les traitements de la dépression par TCC à la dépression saisonnière.

Les scientifiques ont observé 177 personnes pendant deux hivers. Un premier groupe de 88 volontaires a suivi un programme de TCC pendant six semaines, tandis qu’un second groupe de 89 personnes a été traité par luminothérapie. Résultat : aucune différence n’a été constatée après le premier hiver, les deux groupes ont bien réagi aux deux traitements. Mais l’hiver suivant, seules 27,3% des personnes du groupe de la TCC ont rechuté, contre 45,6% des patients du groupe de luminothérapie.

Autres articles
1 De 45 047
Source: SanteMagazine.fr

- Pub -

- Pub -

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Voir Plus