Mode

LA VIE SECRETE D’UN ACCRO AUX VETEMENTS

Publicité

Oui, je suis un accro aux vêtements. Peut-être pensez-vous que les vendeurs de vêtements ne sont que des femmes qui n’arrivent pas à contrôler leur envie de dépenser de l’argent pour acheter des vêtements. Mais ce n’est pas vraiment de cela qu’il s’agit. Cette idée, est pourtant fausse au sujet de la dépendance au shopping vestimentaire. Je vais donc vous dire la vérité et vous parler de la vie fantastique secrète des femmes qui l’ont. Vous voyez, tous les accros des magasins de vêtements féminins ont une chose en commun:

NOUS DÉSIRONS ARDEMMENT LA FLATTERIE, L’ENVIE ET LES COMPLIMENTS SUR NOTRE APPARENCE CHAQUE JOUR DE NOTRE VIE.

Lorsque nous recevons un compliment ou un regard admiratif sur la façon dont nous habillons, nous nous sentons bien. Et voici une autre vérité au sujet de notre dépendance: nous avons tous une « évaluatrice ». Une « évaluatrice » est la femme dans notre vie que nous imaginons toujours en train de nous envier et de nous complimenter lorsque nous essayons de nouveaux vêtements. C’est à elle que pensons toujours lorsque nous mettons de nouvelles tenues afin d’avoir une évaluation et des compliments sur notre apparence. C’est elle qui remarque chaque nouvelle paire de chaussures, chaque nouveau bijou, si nos cheveux sont particulièrement sains et séduisants ce jour-là, et chaque nouveau vêtement que nous portons au moindre degré. Elle nous dissèque physiquement; elle est notre force vitale pour sentir que nous existons; en nous remarquant, en nous enviant et en nous complimentant; elle nous fait sentir vivants.

Et nous sommes aussi son évaluatrice. Nous remarquons tous les nouveaux articles qu’elle porte et nous commentons à quel point elle est belle aussi. Nous envions souvent son apparence et de nouvelles tenues. Notre relation est l’alimentation symbiotique mutuelle de notre envie égoïste. Habituellement, notre évaluatrice est notre mère, notre sœur, notre amie ou notre collègue de travail, que nous sommes inconsciemment en concurrence et qui cherchent à obtenir l’approbation de notre apparence. Nous essayons toujours de la distancer en apparence et de la rendre jalouse; nous pensons toujours à savoir si ce que nous achetons va la rendre jalouse de notre apparence avant de l’acheter et quand elle voit une nouvelle tenue sur nous et que nous ressentons son envie (bien sûr, le plus haut niveau est quand elle nous demande où nous l’avons achetée) nous avons notre remède ultime. Nous regardons même combien de personnes nous remarquent plus qu’elle quand nous marchons ensemble en public, pour savoir que nous recevons plus d’attention qu’elle. Oui, c’est une dynamique « d’envie, de mécontentement et de besoin d’approbation » que nous avons avec notre évaluatrice (ou plusieurs évaluatrices) à un niveau physique et émotionnel compliqué.

Quand j’étais accro à l’habillement, je vivais pour les vêtements, ils étaient ma passion de vie. J’aime toujours les vêtements. Mais j’ai moins besoin du pouvoir qu’ils me donnent pour être remarqué, admiré et envié. Le besoin d’acheter des vêtements et d’imaginer les porter et de recevoir des compliments de la part des femmes quand je les porte m’a moins retenu. Mais il fut un temps où le shopping pour acheter des vêtements était une partie essentielle de ma vie quotidienne parce que je vivais pour l’attention et les compliments que ces nouvelles tenues me donnaient. Je fantasmais en les essayant dans le magasin et imaginais rendre jaloux mon évaluatrice quand je les porterai. Et une fois que je les ai achetées, les porter m’a toujours fait me sentir spéciale et vivante quand je reçois cette attention, cette envie et ces éloges de ma « femme évaluatrice ». J’ai toujours eu besoin de porter quelque chose de nouveau pour être remarqué et c’est pourquoi l’argent a été dépensé; d’avoir continuellement de nouveaux vêtements à porter pour que je reçoive continuellement des compliments et d’être remarqué. Quand j’ai porté cette tenue une deuxième fois, ce n’était plus une nouveauté et aucun compliment n’ a été donné parce qu’ils avaient déjà été donnés quand je l’ai portée la première fois. Cette tenue ne servait donc plus à ma dépendance, sauf si je la portais devant une autre évaluatrice qui ne l’avait jamais vue auparavant (parfois, j’avais trois évaluatrices ou plus dans ma vie). Les jours où je portais une tenue qui ne m’intéressait pas, je me sentais invisible et déprimée. Il m’arrivait parfois de penser à une autre nouvelle tenue que je portais le lendemain et à quel point j’avais l’air d’aller bien et à quel point je me faisais envie, c’était tout ce à quoi je pensais en ces jours déprimants. C’était la seule chose qui m’ a permis de continuer; l’imagerie de cette tenue dans mon placard et le pouvoir qu’elle me donnait d’être remarqué et complimenté… Je fantasmais sur les chaussures que je porterais avec la tenue, sur la façon dont j’apparierais mon fard à paupières et sur l’admiration que je susciterais. Parce que j’ai toujours su exactement ce qu’il fallait acheter et porter, ce qui rendait mon évaluatrice envieuse et j’aurais aimé qu’elle ait mes vêtements et reçoive l’attention que j’obtenais. Et quel euphorisme qui me donnerait, même à y penser.

Publicité

Les accros du vêtement ont une dépendance étrange parce que lorsque vous enlevez les femmes avec lesquelles vous vous sentez en compétition, la dépendance perd son emprise sur vous. C’est parce que la dépendance est au sujet de fantasmer sur le fait d’être envié pour la façon dont vous regardez dans les vêtements. Mais enlevez l’évaluateur féminin, et vous n’avez pas l’envie et vous perdez le besoin de fantasmer ou d’acheter des vêtements. Évidemment, il n’est pas facile d’éliminer les évaluatrices dans votre vie. Tant que vous avez une mère ou un travail dans un bureau d’entreprise, ou que vous avez une sœur ou un frère, vous verrez, vous aurez une femme dans votre vie qui évaluera votre apparence. Même quand elle gardait la fille de 10 ans de mon amie, elle a évalué mon apparence en m’informant que mon pantalon ne correspondait pas à mon haut. Et là, je pensais que j’étais libre de ce genre d’évaluation des enfants et que je pouvais juste « mettre des sueurs et n’importe quel vieux haut ». Après tout, pourquoi se soucier de ce qu’une fillette de 10 ans pense de moi quand je la garde? Mais oui, son commentaire m’ a dérangé, bien que j’aie tenu bon et refusé de me changer. Inutile de dire qu’elle est en plein essor dans le monde du vêtement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page