Famille

Violences faites aux femmes: où trouver de l’aide?

Publicité

Violences faites aux femmes: où trouver de l’aide?

Violences faites aux femmes: où trouver de l’aide?
Le confinement a augmenté les violences au sein du couple. Isolées, les femmes victimes de violence conjugale et de mauvais traitements peuvent demander du secours immédiat. Ce qui existe pour les aider.
Le confinement a augmenté les violences au sein du couple. Isolées, les femmes victimes de violence conjugale et de mauvais traitements peuvent demander du secours immédiat. Ce qui existe pour les aider.

Faits de violences physiques conjugales, menaces, harcèlement, agressions sexuelles ou viols… Selon les statistiques du ministère de l’Intérieur présentées le 18 novembre dernier, 295 000 personnes âgées de 18 à 75 ans vivant en couple se sont déclarées “victimes de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint”. Parmi elle, 72% de femmes (soit 213 000). En 2019, 146 femmes ont trouvé la mort au sein de leur couple, un chiffre en hausse (121 en 2018).

Le 25 novembre 2020, la Journée pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes mettra en lumière ces milliers de femmes de tous âges victimes chaque année en France de maltraitances physique et psychologique. Longtemps passé sous silence, cette violence est désormais connue et des moyens sont mis en oeuvre pour aider les victimes -ainsi que leurs enfants- et éloigner les conjoints.

De nouvelles mesures gouvernementales sont annoncées: la plateforme numérique Memodevie.org permettra aux femmes en danger de documenter et de stocker les premières traces d’agression de façon sécurisée. Autre recours, la mise à l’abri immédiate et pendant vingt nuitées, des femmes dans des hôtels dédiés. Enfin, pour permettre une prise de conscience d’un phénomène social qui concerne de nombreuses familles, “Chouette, pas chouette”, un dessin animé destiné aux enfants de 4 à 6 ans sur les clichés sexistes sera diffusé sur les chaînes à partir de janvier 2021. 

Alors que le confinement a amplifié les violences conjugales, que faire en cas d’urgence et de danger immédiat? Famille, amis, collègue de travail ou simple voisin, nous sommes tous concernés. Mais concrètement, comment agir et ne plus laisser ces femmes seules face à leur agresseur? Aide téléphonique d’urgence, associations, voici les leviers à actionner immédiatement.

1/ Des numéros d’urgence à contacter

Les quatre numéros d’urgence à connaître et à faire connaître:

Publicité

– Le 3919 violences femmes info, un numéro gratuit d’écoute et d’information anonyme (lundi-vendredi : de 9h à 22h, les samedis, dimanches et jours fériés : de 9h à 18h).

À savoir: ce numéro n’est pas repérable sur les factures et les téléphones. 

– le 114 par SMS: gratuit, ouvert 7/7, 24h/24. Ce numéro d’urgence est destiné aux personnes sourdes et malentendantes. Il permet d’alerter police, gendarmerie, SAMU ou pompiers.

– le 17: police secours, gratuit, ouvert 24/24, 7/7

– Le 116 006: numéro national d’aide aux victimes, gratuit, ouvert 7/7, de 9h à 19h. Mis en place par la fédération d’aide aux victimes en France qui regroupe 132 associations. 

 

2/ Des associations pour aider

Nationales ou locales, de nombreuses associations agissent et prennent en charge la personne violentée immédiatement si besoin. De l’accueil téléphonique au soutien logistique, elles connaissent parfaitement la législation pour protéger les femmes fragilisées par un conjoint violent. Un secours précieux pour savoir ce qu’il faut faire, expliquer les recours et protections juridiques, aider à trouver un lieu d’accueil si besoin.

solidaritefemmes.org: La Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) réunit 67 associations sur le territoire. Elle permet de trouver de l’aide, au niveau national et départemental. Elle présente aussi brièvement les actions juridiques à envisager afin de se protéger -ainsi que ses enfants.

Fédération Nationale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (FNIDFF): Pendant le confinement, les 103 CIDFF continuent à écouter, accueillir et à accompagner les femmes.

Femmes solidaires: un réseau de plus de 190 associations locales 

France victimes: le réseau regroupe 132 associations d’aide aux victimes et gère le 116006, numéro d’aide aux victimes ainsi que la plateforme numérique Mémo de vie.

3/ Des pharmaciens en alerte pour épauler

Connaissez-vous le dispositif Alerte pharmacie? Depuis le 27 mars 2020 et le premier confinement, ce dispositif d’aide est activé auprès de 22 000 officines. Vous appelez votre pharmacien qui contacte à son tour la police ou la gendarmerie pour une intervention en urgence.

 

4/ Des plateformes pour s’informer

– La plateforme arretonslesviolences.gouv.fr 

– Mémo de vie, la plate-forme numérique élaborée par la fédération France Victimes

5/ Une appli pour alerter: App-Elles

Cette application à installer sur son mobile est présentée comme la première du genre à destination des filles et femmes victimes de tout type de violences. D’un clic, vous alertez trois contacts de confiance par un message de demande d’aide automatique activé toutes les 90 secondes sous forme de SMS. L’alerte informe de votre position GPS, prend une photo de la situation. Disponible sur Android et App Store

6/ Trouver rapidement une association près de chez vous

Le site gouvernemental arretons les violences  a mis en place une plateforme où vous rentrez votre département. Une liste d’associations géographiquement proches de la zone d’habitation de la victime s’affiche. 

À lire aussi:

Violences conjugales: comment se défendre

Source: Notretemps.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page